Questions juridiques

Contrôle des structures

Question - J'ai vingt et un ans et je désire m'installer sur une exploitation de 52 hectares. Le cédant exploitait à l'origine une superficie de 82 ha, dont 30 ha lui ont été retirés l'an dernier car il n'avait pas honoré ses fermages. Je suis intéressé par la surface restante. Je dispose des diplômes agricoles nécessaires pour m'installer : bac STAE, BTS ACSE, licence en agroéquipement. Lors du passage en commission départementale d'orientation agricole en section « contrôle des structures », j'ai eu un avis défavorable. Quels sont les recours possibles ?

Réponse -

Même si la superficie de l'exploitation, objet de l'installation, de l'agrandissement ou de la réunion d'exploitations ne dépasse pas le seuil de déclenchement du contrôle des structures prévu dans votre département, il s'applique tout de même en cas de démembrement d'une exploitation agricole (article L. 331-2, I du code rural). Toutefois, en cas de refus d'autorisation, un recours est toujours possible.

La décision du préfet statuant sur la demande d'autorisation d'exploiter après avis de la CDOA est susceptible de faire l'objet de recours : un recours administratif gracieux, devant l'auteur de la décision, ou bien hiérarchique, devant le ministre de l'Agriculture, et d'un recours contentieux devant les tribunaux administratifs.En cas de recours administratif, la demande doit être envoyée par lettre recommandée avec accusé de réception, dans un délai de deux mois à partir de la date de réception de la décision administrative. Le ministre dispose d'un délai de quatre mois pour se prononcer. Le défaut de réponse équivaut à un refus. Dans ce cas, vous conservez la possibilité de saisir le tribunal dans le cadre du recours contentieux. A l'échéance des quatre mois et sans réponse, vous disposez d'un nouveau délai de deux mois pour déposer un recours devant le juge administratif. En matière de contrôle des structures, le tribunal statue dans le cadre de la procédure dite de recours pour excès de pouvoir. Le tribunal a le pouvoir d'annuler la décision prise par le préfet, mais il ne peut accorder l'autorisation à sa place. Dans cette hypothèse, une nouvelle demande d'autorisation doit être demandée au préfet.

Mis à jour le 14 décembre 2010

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Rechercher

parmi nos
700 questions / réponses

Par mots clés

Toutes les questions
de cette catégorie

Galerie Verte et Vin
A lire aujourd'hui
Autres
Acte de vente : séparer foncier et matériel

Je suis sur le point d'acheter une exploitation agricole à... ...

archives