Questions juridiques

Contrôle des structures

Question - A la fin de 2012, un agriculteur a pris sa retraite et a libéré deux parcelles appartenant à la commune, dont l'une jouxte un de mes îlots. J'ai fait une demande d'autorisation d'exploiter auprès de la DDT(M), que j'ai obtenue en mars 2013. La commune a loué les parcelles à une autre agricultrice de la commune, qui n'avait pas d'autorisation d'exploiter. Depuis, elle l'a obtenue. La commune peut-elle refuser de louer à un agriculteur qui a eu une autorisation d'exploiter ?

Réponse -

Pour pouvoir exploiter des terres, vous devez disposer de deux autorisations. Une autorisation d'exploiter, délivrée par l'Administration dans le cadre du contrôle de structures, mais également l'autorisation d'exploiter du propriétaire du terrain, au travers d'un bail rural. Ces deux conditions sont cumulatives.

Si vous avez l'autorisation d'exploiter administrative, mais pas de bail, vous ne pouvez pas cultiver. L'autorisation d'exploiter ne vaut pas bail. Le propriétaire reste libre de louer à qui bon lui semble.

L'autorisation d'exploiter se trouve périmée si le fonds n'a pas été mis en culture avant l'expiration de l'année culturale qui suit la date de la notification de la décision.

Concernant la location de terrains communaux, en principe, une priorité est accordée aux agriculteurs de la commune. Selon l'article L. 411-15 du code rural, « lorsque le bailleur est une personne morale de droit public, comme une commune, le bail peut être conclu soit à l'amiable, soit par voie d'adjudication. Quel que soit le mode de conclusion du bail, une priorité est réservée aux exploitants qui réalisent une installation ou, à défaut, aux exploitants de la commune répondant aux conditions de capacité professionnelle et de superficie visées à l'article L. 331-2 du code rural, ainsi qu'à leurs groupements. »

Cette notion d'exploitant de la commune a été précisée par une réponse ministérielle en 2006. Elle implique nécessairement l'exploitation des biens fonciers sur le territoire de la commune. La loi ne prévoit pas expressément que le siège de l'exploitation de l'intéressé, ainsi que son domicile, doivent se situer dans la commune considérée. Il est toutefois nécessaire que l'agriculteur dispose au moins de bâtiments d'exploitation sur le territoire communal.

Mis à jour le 21 juin 2014

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Rechercher

parmi nos
700 questions / réponses

Par mots clés

Toutes les questions
de cette catégorie

Galerie Verte et Vin
A lire aujourd'hui
Autres
Acte de vente : séparer foncier et matériel

Je suis sur le point d'acheter une exploitation agricole à... ...

archives