Actualités viticoles

Vouvray  Plus de 900 ha en confusion sexuelle

Publié le vendredi 24 avril 2015 - 16h34

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Initiée il y a quelques années sur l’appellation, la confusion sexuelle a encore gagné du terrain cette année à Vouvray. Plus de 900 hectares, soit 40 % du vignoble de l’AOC, vont être protégés des vers de la grappe par cette méthode qui a conquis 80 vignerons.

Ce 23 avril, sous le doux soleil printanier, une quinzaine de vignerons et d’ouvriers viticoles ont parcouru les rangs de vigne de la vallée de Vaux, à Chançay (Indre-et-Loire) en AOC Vouvray. D’un geste rapide, ils ont posé des Rak 1+2 Mix, qui vont permettre à leurs vignes d’être protégées des papillons eudémis et cochylis. Une pratique qui s’est fortement développée ces dernières années dans l’appellation.

UNE MÉTHODE QUI SÉDUIT LES VITICULTEURS

« Cette année, 80 producteurs se sont engagés dans cette démarche, plus de 900 hectares vont être confusés, contre 300 ha en 2013, indique Jean-Michel Pieaux, président du Syndicat des vignerons de Vouvray. Les vignerons ont pris conscience de tout l’intérêt de cette méthode et de son efficacité. Aucun traitement insecticide complémentaire n’a été nécessaire depuis sa mise en place, même la première année. Avec la confusion sexuelle, on réduit son indice de fréquence de traitements et on est tranquille pour la saison. Le suivi des piégeages est réalisé par les techniciens de notre fournisseur de diffuseurs, Vitivini. »

UN COÛT ENCORE UN PEU ÉLEVÉ

Le coût de ces Rak est de 180 € par ha. « BASF a baissé ses prix, mais le coût de la confusion reste supérieur à la lutte chimique et c’est un frein pour certains vignerons, observe Jean-Michel Pieaux. Il faudrait une volonté politique pour rendre plus abordable cette méthode. »

Vigneron en biodynamie, Christophe Vigneau est un adepte de la confusion sexuelle. « J’utilisais auparavant des insecticides homologués en bio, mais ils étaient moins efficaces que cette méthode qui diminue énormément les populations. Poser les diffuseurs entre vignerons nous permet aussi de nous rencontrer, de travailler main dans la main. »

Outre Vouvray, la confusion sexuelle se développe dans le Val de Loire, notamment dans les appellations Saint-Nicolas-de-Bourgueil, Noble-Joué et, pour la première fois cette année, en Touraine-Mesland.

Ingrid Proust

Ces articles peuvent également vous intéresser

Val de Loire
Les vins de Vouvray convolent avec les fromages

Publié le 05 mai 2014

Languedoc-Roussillon
La lutte par confusion sexuelle mise en défaut

Publié le 12 décembre 2013

Vouvray 
L'incertitude dans l’attente d’une maigre vendange

Publié le 01 octobre 2013

Indre-et-Loire
Vouvray s’organise pour les achats de vendange

Publié le 10 septembre 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin