Actualités viticoles

Viticulture bio Les vignerons de Bergerac s’organisent

Publié le mercredi 07 mars 2012 - 15h03

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Agrobio Périgord, une association régionale d’agriculture biologique qui regroupe plus de 300 adhérents dont 85 vignerons, met en place une commission dédiée au vin bio. Objectif : élaborer une stratégie commune de commercialisation et de communication sur ce mode de production. Une façon de s’adapter aux volumes qui s’annoncent en progression.

C’est le 22 mars prochain que se tiendra la première réunion de cette commission spéciale viticulture crée au sein de l’association Agrobio Périgord.

La preuve d’un changement en cours dans les mentalités viticoles puisque, jusqu’à présent, il n’y avait pas suffisamment de vignerons en bio pour créer une commission spéciale viticulture au sein de l’association Agrobio Périgord.

Cette fois, la donne a changé. D’une part, 85 vignerons sont désormais adhérents. Ils représentent 1 200 hectares, soit 12 % du vignoble de Bergerac (Dordogne). D’autre part, on s’attend, en 2013, à une augmentation des volumes de bergerac bio, qui devrait passer de 15 000 hl à 20 000 hl. Le reste des surfaces étant en cours de conversion…

La commercialisation fait partie des sujets prioritaires de la nouvelle commission. L’objectif est clair : pas question de laisser des négociants casser le marché avec des prix d’achat très en dessous des coûts de revient.

« Des propositions sont faites à 700 € le tonneau (900 hl), alors que le bergerac bio doit atteindre 1 300 à 1 700 € pour être rentable. Il faut tenir le cap au niveau des prix », déclare Emmanuel Marseille, directeur d’Agrobio Périgord.

Pour résister aux appels d’offres à bas prix, la commission pourrait mettre en place un outil de commercialisation regroupant les offres des coopérateurs, vracqueurs et indépendants… La commission va également plancher sur la cotation des vins bios.

Le volet communication n’a pas été oublié. Des dégustations de vins bios en primeur vont être organisées chaque année.

Côté technique, plusieurs chantiers vont être ouverts : un inventaire des besoins en expérimentation va être lancé, notamment autour des maladies du bois et de la réduction des doses de cuivre.

De même, la commission veut s’attaquer à la flavescence dorée et souhaite mettre en place une procédure pour limiter les traitements obligatoires coûteux et qui souvent détruisent la faune auxilaire. Un GDON (groupement de défense contre les organismes nuisibles) pourrait être monté localement. En septembre prochain, les priorités seront hiérarchisées.

Le 22 mars sera dévoilé le nom du président de la commission. Le nom de Guy Cuisset, du château Grinou, à Monestier, circule.

C. G.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Communication
Le Sud-Ouest se frotte aux baronnies viticoles

Publié le 13 février 2012

Bio
Les producteurs se convertissent par conviction plus que par intérêt

Publié le 17 janvier 2012

Viticulture bio 
Les surfaces dépassent les 6 % en 2010

Publié le 03 octobre 2011

Viticulture bio
Les surfaces explosent

Publié le 03 février 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin