Actualités viticoles

Vins sans IG  Nouvelle charge de l’ODG Pays d’Oc

Publié le mardi 22 avril 2014 - 19h30

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le conseil d’administration de l’IGP des Pays d’Oc adresse une lettre ouverte à tous ses adhérents. Il argumente sa très ferme opposition aux plantations nouvelles de vins sans IG.

« Le segment des vins sans IG (VSIG) est uniquement une catégorie d’ajustement pour déverser les trop pleins d’AOP et d’IGP en fonction des millésimes. Le poids excédentaire des volumes a toujours fait effondrer les cours des AOP et IGP. Est-ce qu’on souhaite, après des épisodes aussi durs pour notre filière, réintroduire la surproduction ? »

Dans un courrier de trois pages adressé cette semaine aux quelque 1 500 adhérents du Syndicat des producteurs d’IGP Pays d’Oc, le président Jacques Gravegeal pointe les risques pour la filière des AOP et IGP régionaux à l’obtention de plantations nouvelles pour les VSIG après le 1er janvier 2016.

« Le segment des VSIG en France, et particulièrement des VSIG de cépages, ne s’est pas traduit par une explosion des ouvertures de marchés comme cela avait été annoncé. Les VSIG de cépages qui devaient être une arme à l’export sont vendus à plus de 50 % sur le marché français. S’ils obtenaient des autorisations de plantations nouvelles, les marchés étant étroitement liés les uns aux autres, ils viendraient concurrencer directement, à bas prix, notre économie locale et notre notion d’origine », s’insurge le président de l’IGP Pays d’Oc, premier producteur français de vins de cépages.

ÉPISODE 2011 DOULOUREUX

Pour étayer son propos, il n’hésite pas à rappeler l’épisode douloureux de 2011, où « après avoir distillé pour le marché cognac, le solde de la récolte d’ugni blanc est venu sur le marché à 26 €/hl – ce qui a déstabilisé une fois de plus le marché des blancs ».

Dès mars dernier, le conseil d’administration du syndicat s’était prononcé à l’unanimité contre l’octroi d’autorisations de plantations nouvelles pour les VSIG. Depuis, d’autres instances régionales et nationales, comme la Fédération InterSud de France, le Crinao et la Confédération des vins IGP de France, l’ont suivi en défendant la même position.

Cette nouvelle charge contre la perspective d’autorisations de plantations nouvelles pour les VSIG survient fort opportunément à quelques semaines des élections européennes.

 

Michèle Trévoux

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gironde
Vingt-trois élèves de primaire intoxiqués par un traitement phytosanitaire

Publié le 15 mai 2014

Faucheurs de vignes OGM
La cour d’appel de Colmar prononce la relaxe

Publié le 15 mai 2014

Gironde
Le financement participatif pour sauver un domaine grêlé

Publié le 13 mai 2014

Plantations nouvelles
Le bassin Bourgogne-Beaujolais veut 1 % de « croissance globale »

Publié le 07 mai 2014

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin