Actualités viticoles

Vins sans IG  Des vignerons lorrains demandent des droits de plantation

Publié le vendredi 31 juillet 2015 - 15h32

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

En Lorraine, une poignée de vignerons regrette qu’aucun droit de plantation ne leur soit accordé pour les vins sans IG. Ils créent l’association des vins sans IG de Lorraine pour mieux se faire entendre.

Une dizaine de vignerons lorrains a décidé de ne pas se laisser faire. Ces exploitants, tous situés hors zone d’appellation géographique, se heurtent à une impasse : ils ne parviennent pas à décrocher des droits de plantation en vue de produire des vins sans IG.

« Le conseil de bassin Alsace Grand Est a décidé qu’aucun droit ne serait accordé pour les vins sans indication géographique dans la région. Cette décision a été entérinée par le dernier conseil spécialisé de FranceAgriMer, en juillet », déplore Bruno Vacon. Cette position professionnelle et administrative est plus que surprenante : la dizaine de vignerons demandait à planter en 2016… 3 hectares !

UN BESOIN QUI S’ÉLÈVE À 12 HA DANS LES CINQ ANS

« Et nous sommes tous en bio ou biodynamie. Plusieurs exploitants ont fait des études de viticulture et d’œnologie à Beaune, Avignon, Montpellier… », précise Bruno Vacon. Il n’est donc ni question de création d’une filière concurrente des IG ni de projets farfelus. « J’ai réalisé une enquête pour évaluer le besoin en plantation dans les cinq ans à venir : cela représente 12 hectares », ajoute, encore, Bruno Vacon.

Ce dernier sera le président de l’association des vins sans indication géographique de Lorraine, qui est en cours d’inscription. « Nous la créons après quatre ans de demandes de droits de plantation infructueuse, se désole Bruno Vacon. Cela me tient à cœur, car de nombreux exploitants sont des jeunes qui ne demandent qu’à travailler. Ils sont formés, ont des terrains sur de beaux coteaux. Il leur manque une seule chose : des droits de plantation ! »

La demande en droits peut encore aboutir : il suffirait que le ministère de l’Agriculture en tienne compte lors de la rédaction du décret d’octroi des droits. L’Anivin a plaidé la cause des vignerons lorrains, mais seront-ils entendus ?

Marion Ivaldi
Vitisphere - La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Plantations 
Parution d'un décret sur la conversion des droits en autorisations

Publié le 21 août 2015

Plantations nouvelles 
Les viticulteurs français demandent 7 900 ha

Publié le 29 mai 2015

Plantation de vigne
Début des inscriptions le 18 mai

Publié le 27 avril 2015

Bourgogne
Création d'un syndicat des vins sans IG

Publié le 20 avril 2015

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin