Actualités viticoles

Vins primeurs Le beaujolais nouveau se fait discret dans les rayons

Publié le mercredi 16 novembre 2011 - 12h16

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Demain, c’est le troisième jeudi du mois de novembre et le beaujolais nouveau arrive dans les rayons de la grande distribution. Reste que son exposition n’y sera qu’éphémère, bien loin de sa splendeur passée, même si certaines enseignes redonnent un peu de visibilité à l’appellation.

En une douzaine d’années, les ventes de beaujolais nouveau en grande distribution ont chuté de plus de moitié. En 2010, les enseignes en ont vendu 5,5 millions de litres contre 11,2 millions de litres en 1997, selon les chiffres du cabinet d’études SymphonyIri.

Le chiffre d’affaires suit la même tendance baissière. Entre 2008 et 2010, les ventes sont passées de 29,7 millions d’euros à près de 28 millions d’euros. Or, à elle seule, la grande distribution assure plus de 80 % des ventes de vins.

« Le phénomène du beaujolais nouveau s’essouffle. Désormais, il faut que l’on vende tout en trois jours », reconnaît Étienne Delannoy, acheteur vins et champagne pour Leader Price. Pour la deuxième année consécutive, la filiale du groupe Casino a cependant confié à Jean-Pierre Coffe le lancement d’un beaujolais nouveau sous marque de distributeur (MDD).

Intermarché se mettra aussi au beaujolais nouveau pendant trois jours, voire une semaine. « L’objectif d’une enseigne, c’est de faire du chiffre d’affaires et le beaujolais nouveau ne tire pas vers le haut », affirme Éric Amisse, adhérent en charge des vins et champagnes.

« En grande distribution, le beaujolais nouveau ne va plus progresser, affirme Frédéric Guyard, responsable de la rubrique vins du magazine spécialisé « Rayon boissons » qui a récemment consacré un dossier sur le sujet. Les opérateurs, auparavant dynamiques, le sont de moins en moins. »

Seules deux marques font exception : Pisse-Dru et Le Père la Grolle. Ce sont les seules à investir de façon significative dans des campagnes de promotion. Propriétés respectives des groupes Castel et Boisset, qui figurent parmi les principaux négociants français, elles occupent 25 % du marché.

Le beaujolais nouveau fête ses 60 ans

C’est en 1951 qu’un décret a autorisé la commercialisation des vins primeurs à partir du 15 novembre, soit un mois avant celle des vins de garde.

Cette année, la production se situe entre 280 000 et 300 000 hectolitres, représentant environ 30 % de la production totale de ce vignoble, selon Dominique Capart, président de l’Inter-Beaujolais.

Dans les années 1990, si fastes pour le beaujolais nouveau, la production s’élevait à quelque 450 000 à 500 000 hl, rappelle Daniel Bulliat, le vice-président de l’Organisme de défense et de gestion (ODG) beaujolais/beaujolais village. Selon lui, la chute de la production a pris fin et « depuis trois années, on est dans une bonne stabilité ».

La France reste le marché privilégié du beaujolais nouveau, souligne Dominique Capart, selon lequel 40 % des bouteilles partiront à l’export, principalement au Japon, aux États-Unis et en Allemagne.

AFP

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vins bios
Les Français les connaissent mieux que les Allemands

Publié le 21 octobre 2011

Beaujolais nouveau 
L’annonce d’une campagne équilibrée

Publié le 20 septembre 2011

Foires aux vins 2011 
Les « petits » prix à l’honneur

Publié le 07 septembre 2011

Alsace 
Une charte pour les vins bios

Publié le 20 avril 2011

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin