Actualités viticoles

Vin IGP Tous les cahiers des charges sont validés

Publié le jeudi 10 novembre 2011 - 20h16

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le 10 novembre, le comité national des vins IPG de l'Inao a fini l'examen des cahiers des charges des ex-vins de pays. Le même jour, paraissaient au bulletin officiel du ministère de l'agriculture les 13 premiers cahiers des charges homologués par le gouvernement. L'occasion de faire le point sur les nouveautés introduites par ces documents.

Moins d'IGP
Principal changement : il ne reste que 75 IGP alors qu'il y avait 153 vins de pays. Quelques uns ont purement et simplement disparu, comme le VDP des Pyrénées-Atlantiques. Mais la plupart subsistent comme complément du nom d'une IGP plus grande. Ainsi l'IGP Aude peut être complétée de neuf noms géographiques parmi lesquels « Côtes de Lastours » ou « La côte rêvée ». De même, Loire-Atlantique, Loir-et-Cher et dix autres départements sont devenus des compléments de l'IGP Val de Loire.

A chaque unité géographique plus petite, correspond une aire de production, le plus souvent définie par une liste de communes. Pour pouvoir mentionner cette unité géographique sur l'étiquette, tous les raisins doivent en provenir, comme pour l'IGP elle-même. « Nous n'avons pas voulu de la règle des 85-15 pour l'origine », explique Jacques Gravegeal, président du comité national des vins IGP de l'INAO.

Des conditions de production très simples
A la différence des AOC, les conditions de production sur les petites unités géographiques sont le plus souvent identiques à celles de l'IPG elle-même. Dans quelques cas seulement, les rendements dans la petite zone sont inférieurs aux rendements de l'IGP correspondante.

Autre différence avec les AOC, aucun cahier des charges d'IGP n'impose de densité de plantation, de règles de taille ou de hauteur de feuillage. Les conditions de production se limitent à une liste de cépages et à des rendements autorisés. De même, il n'y a pas de normes définissant la maturité des raisins à la récolte. Seuls sont fixés les paramètres analytiques des vins, paramètres qui se limitent bien souvent à la teneur en alcool et à l'acidité volatile.

« Nous n'avons pas voulu imposer de règles aussi précises que dans les AOC, parce qu'il aurait fallu les contrôler. Or, cela aurait augmenté le coût des contrôles », explique Jacques Gravegeal.

Les effervescents pour tous
Les VDP étaient interdits d'effervescents. Les IGP vont pétiller ! Une trentaine d'IGP ont retenu possibilité de produire des « vins mousseux de qualité ». Ils pourront les produire sans autre contrainte que de respecter la réglementation européenne afférente : pas de gazéification, au moins 3,5 bars de surpression dans la bouteille, une élaboration à partir de vins d'au moins 9°.

Seuls quelques cahiers des charges, comme celui de l'IGP Haute vallée de l'Orb précisent que les vins mousseux de qualité « doivent être élaborés exclusivement par seconde fermentation en bouteille ». Dans tous les autres cas, les opérateurs sont libres d'utiliser la cuve close.

Etiquetage : l'IGP pour tous
Du point de vue de la réglementation européenne « vins de pays » n'est plus une catégorie juridique, mais une mention traditionnelle facultative. Contrairement à IGP, elle ne doit pas nécessairement figurer sur l'étiquette. En conséquence, les cahiers des charges précisent « le logo IGP de l'Union européenne figure sur l'étiquetage lorsque la mention « Indication géographique protégée » est remplacée par la mention traditionnelle « Vin de pays ».

Des changements de nom
La plupart des vins de pays de département n'ont retenu que le nom de leur département. Le VDP de l'Aude devient ainsi l'IGP Aude. Mais tous n'ont pas suivi cette règle. Le VDP de l'Hérault, devient l'IGP « Pays d'Hérault », le VDP du Lot devient l'IGP « Côtes du Lot » et Tarn devient « Côtes du Tarn ». Le VDP des sables du Golfe du Lion change carrément de nom : il s'appelle désormais « Sables de Camargue ».

Dans La Vigne de décembre, des syndicats d'IGP dévoilent leurs intentions au sujet de la production d'effervescents. Lire page 20.

B.C.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Promotion des vins
Inter Oc double le montant de sa CVO

Publié le 23 novembre 2011

Pratique
L’Inao publie un guide des intrants autorisés en bio

Publié le 13 octobre 2011

Inao
Tour d’horizon des décisions de la rentrée

Publié le 04 octobre 2011

Mise en bouteille à la propriété
Les clarifications de l’Inao

Publié le 04 octobre 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin