Actualités viticoles

Vin et santé Une étude en faveur du vin et de la bière

Publié le mercredi 11 janvier 2012 - 15h11

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Une nouvelle étude italienne confirme que la consommation d'environ deux verres de vin par jour réduit fortement le risque d'avoir un accident cardiovasculaire. La consommation modérée de bière produit le même effet, mais pas celle d'alcools forts.

Quelques études scientifiques s’intéressent à l’effet de l’alcool sur la santé, en distinguant le vin, la bière et les spiritueux.

En 2011, des chercheurs italiens en ont épluché près d’une centaine. Ils en ont sélectionné dix-huit, publiées entre 1977 et 2009 : les plus précises et plus intéressantes. Puis ils ont analysé les résultats, réalisant ce que l’on appelle une méta-analyse. Ils ont publié leur analyse fin 2011, dans l’« European Journal of Epidemiology » n° 26.

Seize des études sélectionnées, qui représentent presque 300 000 personnes suivies, mettent en évidence que jusqu’à une bouteille de vin par jour (l’équivalent de 72 grammes d’alcool par jour), le vin a un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires, problèmes cardiaques, infarctus ou autres AVC. Mais c’est une consommation de 21 grammes d’alcool par jour, soit un peu plus de deux verres de vin, qui permet de diminuer au maximum le risque (de 31 % en moyenne).

Autre fait remarquable et jamais souligné jusqu’à présent, treize études révèlent la même tendance pour la bière. Jusqu’à 55 grammes d’alcool par jour, soit cinq chopes de 25 cl environ, le risque de problèmes cardiovasculaires est atténué. Il diminue au maximum de 42 %, pour 43 g/jour, c’est-à-dire quatre verres de bière.

Le sort des alcools forts est moins glorieux. Sur dix des études sélectionnées, ils n’ont montré aucun effet protecteur. Les chercheurs précisent toutefois que dans les études analysées, la consommation de spiritueux se fait souvent par binge drinking (plus de trois boissons alcoolisées en une heure ou deux) et seulement quelques fois par semaine. Ce qui est différent de boire fréquemment un petit peu d’alcool.

M. B.

Ces articles peuvent également vous intéresser

David Khayat
« Bu avec modération, le vin n’est pas cancérigène »

Publié le 13 janvier 2012

Santé et sécurité au travail 
Nouvelle campagne de la MSA

Publié le 07 décembre 2011

Santé
Une faible consommation d’alcool augmente le risque de cancer du sein

Publié le 04 novembre 2011

Edulcoration
L'Uccoar adopte la stévia

Publié le 04 octobre 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin