Actualités viticoles

Vignes mères de greffons L’implantation facilitée

Publié le lundi 02 novembre 2015 - 16h00

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les pépiniéristes ont obtenu que les raisins issus des vignes mères de greffons implantées selon une procédure simplifiée (notification d’inscription) puissent être vinifiés en VSIG. En contrepartie, ils s’engagent à ne pas en installer plus de 50 ha par an, selon ce dispositif.

Préparation de greffons en Vendée. ©P.BAUDRY

Préparation de greffons en Vendée. ©P.BAUDRY

« En dix ans, nous sommes passés de 2 000 à 1 500 ha de vignes mères de greffons », a déploré Patrice Gentié, le secrétaire général de la FFPV, lors du congrès annuel de la fédération qui s’est déroulé du 26 au 28 octobre. « Le renouvellement de notre parc de vignes mères est un enjeu. Nous devons y parvenir. », a poursuivi David Amblevert, le président de la FFPV.

Dans le cadre du nouveau système d’encadrement des plantations, l’implantation d’une nouvelle vigne mère destinée à produire des greffons doit faire l’objet d’une autorisation de plantation ou d’une notification d’inscription. Dans le premier cas, les démarches sont plus lourdes mais la vigne pourra produire tout type de vin (dont AOP ou IGP). Dans le second cas, la procédure est simplifiée mais il était question que les raisins ne soient pas commercialisables.

DES RAISINS VALORISÉS EN VIN SANS IG

Les pépiniéristes, avec le soutien de Jérôme Despey, le président du conseil spécialisé vin de FranceAgriMer, et Bernard Farges, le président de la Cnaoc, ont réussi à obtenir la possibilité de valoriser ces raisins en vins sans IG. « Attention, c’est valable uniquement pour les variétés inscrites au classement et nous serons très vigilants sur le fait que les surfaces notifiées soient en adéquation avec les prévisions de chaque bassin », a expliqué Anne Kristen Lucbert, de FranceAgriMer, lors du congrès.

L’objectif ? Vérifier que ces surfaces ne perturberont pas les marchés. Les pépiniéristes se sont engagés envers la filière sur ce point. « Pour ces vignes mères, nous nous limiterons à un contingent d’environ 50 ha par an à répartir entre chaque bassin. Si les demandes excèdent ces 50 ha, il y aura un arbitrage par les différentes régions. Mais nous ne pensons pas dépasser ce contingent. C’est un engagement que nous avons pris vis-à-vis de la viticulture », a expliqué Patrice Gentié, le secrétaire général de la FFPV, lors du congrès.

Christelle Stef
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Pépinières 
10 % de plants en plus en 2015

Publié le 30 octobre 2015

Traitement à l’eau chaude
Les pépiniéristes plaident pour plus de douceur

Publié le 29 octobre 2015

Vignobles du Centre 
Vers une production de plants haut de gamme

Publié le 12 janvier 2015

Flavescence dorée 
Les pépiniéristes pestent contre les aberrations de l’administration

Publié le 16 décembre 2014

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin