Actualités viticoles

Vigne OGM/Colmar Sursis requis contre le faucheur Pierre Azelvandre

Publié le mardi 30 novembre 2010 - 17h00

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La procureur de la cour d'appel de Colmar a requis lundi de la prison avec sursis contre un militant anti-OGM, Pierre Azelvandre, qui avait coupé 70 plants de vigne transgénique de l'Inra en septembre 2009.

La procureur de la cour d'appel de Colmar a requis lundi de la prison avec sursis contre un militant anti-OGM, Pierre Azelvandre, qui avait coupé 70 plants de vigne transgénique de l'Inra en septembre 2009.

 

Dans sa réquisition, Madeleine Simoncello n'a pas précisé de durée, alors que Pierre Azelvandre avait été condamné à 2.000 euros d'amende et un euro symbolique de dommages et intérêts en première instance, le 19 novembre 2009.

 

L'Inra a de son côté demandé 50.000 euros de dommages et intérêts pour préjudice matériel et un euro pour préjudice moral. Le jugement a été mis en délibéré au 17 janvier 2011.

 

Pierre Azelvandre, 47 ans, a répété que son geste était destiné à provoquer un débat public sur les organismes génétiquement modifiés face au « silence » qu'il reprochait à l'Inra sur son expérimentation menée depuis 2005 à Colmar.

 

M. Azelvandre a affirmé avoir effectué « une cinquantaine de recours » devant la justice pour tenter de mettre fin à l'expérience de l'Inra, mais n'ayant obtenu aucun résultat, il est passé à l'action et a sectionné les plants transgéniques.

 

Il avait été reconnu coupable en première instance de « destructions de biens destinés à l'utilité publique », un délit passible de trois ans et demi de prison et 45.000 euros d'amende.

 

Jean Masson, le directeur de l'Inra, a, quant à lui, précisé que ses recherches étaient menées « sans but commercial » et qu'elles étaient destinées à fournir des informations à la science. L'expérience devait lutter contre le court-noué, une maladie virale qui attaque la vigne. Il a rappelé que cet essai OGM était encadré par un comité de suivi, une instance qualifiée de « supercherie » par Pierre Azelvandre.

 

Les vignes transgéniques sectionnées avaient pu être récupérées grâce à des greffes. Mais 62 faucheurs anti-OGM ont de nouveau tout arraché le 15 août. L'Inra n'a pas encore pris de décision quant à une éventuelle reprise de cette expérience.

 

Ces articles peuvent également vous intéresser

Désherbage
Deux tiers des viticulteurs n'envisagent pas de modifier leurs pratiques

Publié le 21 décembre 2010

Arrachages de vignes/OCM
Taux de réfaction de 60 % pour 2010-2011 (Commission UE)

Publié le 17 novembre 2010

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin