Actualités viticoles

Vendange européenne « Il va manquer 20 millions d’hl »

Publié le mercredi 17 octobre 2012 - 17h20

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le Copa-Cogeca, l’organisation représentative de la coopération agricole au niveau européen, vient de faire le point sur les vendanges. D’après ses estimations, la récolte en Europe s’élèverait à 144 millions d’hl (Mhl) de vins, contre 160 Mhl habituellement. Pour le Français Thierry Coste, président du groupe vin du Copa-Cogeca, « un changement de main est en train de s’opérer sur le marché ».

Thierry Coste, président du groupe vin du Copa-Cogeca.

Thierry Coste, président du groupe vin du Copa-Cogeca.

Entre la sécheresse qui a impacté les vignobles méditerranéens (Sud de la France, Espagne, Italie) et les mauvaises conditions climatiques qui ont provoqué des maladies et une floraison difficile au Nord, l’Europe connaît une petite récolte. « Nos estimations font état de 144 Mhl, alors que d’habitude on est plutôt autour de 160 Mhl, explique Thierry Coste, président du groupe vin au Copa-cogeca. Presque tous les pays sont touchés. Mais, en France et en Italie, c’est du jamais vu depuis quarante voire cinquante ans. »

Déjà, l’année 2011 avait été peu généreuse pour l’Espagne et l’Italie. Autant dire que les stocks sont globalement bas en Europe. Au niveau mondial, l’analyse est similaire. La Californie a rentré des vendanges 2012 en progression, mais elles ne suffiront pas à approvisionner le marché américain en forte croissance.

Pour Thierry Coste, « le contexte actuel est à l’opposé de celui de 2004. Les prix vont forcément augmenter. Un changement de main s’opère sur le marché du vin. C’était déjà un peu le cas l’an passé, mais dans la tête de certains producteurs, le cap n’était pas facile à passer. Là, il va manquer 20 Mhl pour approvisionner le marché mondial des vins européens ». En clair, le rapport de force de entre producteurs et acheteurs devrait s’inverser à l’avantage des premiers.

Reste que pour ce responsable professionnel, le marché va être difficile à organiser. « Il faudra rester mesuré sur les prix au consommateur pour éviter que celui-ci ne décroche, vu le contexte économique difficile », poursuit-il. Et de conclure : « La distribution va devoir jouer le jeu et accepter de baisser ses marges. »

Il reste toutefois une grosse inquiétude : la hausse des prix ne compensera pas la perte de récolte pour tous les producteurs. « Je suis inquiet pour certaines exploitations qui vont avoir du mal à passer 2013 », a ajouté Thierry Coste.

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Beaujolais
13% de vins primeurs en moins cette année

Publié le 14 novembre 2012

Armagnac 
Forte hausse des prix des vins de distillation

Publié le 24 octobre 2012

Val d’Orbieu-Uccoar
2013 va être difficile à gérer commercialement

Publié le 18 octobre 2012

Provence
Les jeunes vignes ont boosté la récolte

Publié le 16 octobre 2012

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin