Actualités viticoles

Vallée du Rhône L'interprofession enregistre les stocks des négociants

Publié le mercredi 23 janvier 2013 - 17h21

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Inter-Rhône, l'interprofession des vins de la vallée du Rhône, dispose d'un nouvel outil de suivi du marché de ses AOC : la déclaration de stocks des négociants. Mis en place en 2011, ces chiffres ont été diffusés pour la première fois le 17 janvier 2013.

« Les AOC de la vallée du Rhône font partie des rares appellations à disposer d’un outil de mesure amont et aval. Inter-Rhône met ainsi à disposition des entreprises une connaissance inégalée dans un souci de transparence et d’efficacité », se félicite Christian Paly, le président de l’interprofession dans un communiqué adressé à « La Vigne » le 17 janvier.

Depuis la campagne 2011-2012, les professionnels rhodaniens ont en effet à leur disposition les volumes en stock chez les négociants. « Jusque-là, nous n’enregistrions que les stocks à la propriété, indique Brice Eymard, responsable du service économie d’Inter-Rhône. Il nous manquait cette étape au négoce pour suivre les flux des appellations rhodaniennes à la loupe. »

L’obligation de fournir cette information a été décidée dans le cadre de la signature des accords interprofessionnels 2011-2013. Les négociants remplissent cette déclaration au 31 juillet de chaque campagne, au même moment que les récoltants, et renseignent leurs stocks par appellation. « Nous avons fait coïncider les dates de déclarations à la propriété et au négoce afin de pouvoir les rattacher l’une à l’autre, poursuit Brice Eymard. Cela évite une lecture simpliste des marchés. »

Leur suivi en montre l’intérêt. Ainsi, au cours de la campagne précédente, les sorties de chai ont reculé, alors que l’on ne retrouvait pas cette baisse sur les marchés à l’aval. « L’analyse des stocks nous a montré que ceux-ci progressaient à la propriété et baissaient au négoce. Une partie de la baisse des sorties de chais pouvait s’expliquer par ce décalage de stocks entre producteurs et négociants plutôt que par une contre-performance des ventes », précise Brice Eymard.

L’autre enseignement de ce nouvel outil porte sur la campagne en cours. Le cumul des stocks au négoce et à la production représente treize mois de réserve. « C’est le niveau dont nous avons besoin pour alimenter sereinement les marchés dans un contexte de petite récolte », observe Brice Eymard. Des crus comme Gigondas, Crozes-Hermitage ou Saint-Joseph, qui disposent de vingt à vingt-cinq mois de stocks, sont également équilibrés. Vacqueyras (dix-sept mois), Beaumes-de-Venise (quatorze mois), Ventoux (neuf mois) ou encore Costières de Nîmes (dix mois) disposent de réserves plus modestes.

Chantal Sarrazin

Ces articles peuvent également vous intéresser

Muscadet 
Forte revalorisation des cours en vue

Publié le 12 septembre 2012

Vallée du Rhône 
Les retiraisons tardent

Publié le 06 septembre 2012

Côtes du Rhône
La récolte devrait atteindre 3 millions d’hl

Publié le 03 septembre 2012

Vallée du Rhône
Le grenache victime du gel hivernal

Publié le 14 mai 2012

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin