Actualités viticoles

Vallée du Rhône  Des viticulteurs bio jettent l’éponge

Publié le vendredi 02 octobre 2015 - 15h13

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Dans le Gard et le Vaucluse, le black-rot et les petits rendements pèsent sur les vignerons certifiés bio. Ceux-ci ne s’y retrouvent plus sur le marché du vrac, où le bio est vendu seulement 15 % plus cher en moyenne.

Après les attaques de black-rot, certains apporteurs de la cave de Sérignan-du-Comtat (Vaucluse) hésitent à poursuivre en bio. ©CAVE COTEAUX DU RHÔNE

Après les attaques de black-rot, certains apporteurs de la cave de Sérignan-du-Comtat (Vaucluse) hésitent à poursuivre en bio. ©CAVE COTEAUX DU RHÔNE

Les viticulteurs bio de la vallée du Rhône méridionale doutent. Le black-rot a causé d’importants dégâts cette année dans le Gard et le Vaucluse. Chez certains, les pertes de récolte sont parfois conséquentes, jusqu’à la moitié pour les exploitations les plus touchées. Ils sont une poignée à avoir décidé de repasser en conventionnel à partir de l’an prochain. « Je préfère me laisser la possibilité, si nécessaire, de traiter, rapporte Yves Favier, viticulteur en AOC Ventoux. Nous n’avons pas les moyens de perdre une récolte. »

DES PETITS RENDEMENTS

Du côté de la cave coopérative de Sérignan-du-Comtat (Vaucluse), qui commercialise environ 6 000 hl de vins certifiés AB en appellations Côtes du Rhône, Côtes du Rhône villages et Vin de Pays, le constat est identique. « Sur nos onze viticulteurs apporteurs, un a déjà arrêté et les dix autres se posent des questions, reconnaît Pascal Duffrène, président de la cave. Et je sais que les autres caves coopératives voisines sont dans le même cas… »

Et ceci alors que les rendements actuels « ne sont pas pléthoriques ». « Ils sont loin d’atteindre les rendements de base. Perdre 20 % sur une grosse récolte n’est pas la même chose que perdre 20 % sur un petit rendement. », observe Yves Favier.

UN MANQUE DE VALORISATION

Autre difficulté : la trop faible valorisation sur les marchés du bio par rapport aux autres vins. En vrac, les cours de l’AOC Côtes du Rhône bio restent supérieurs aux cours conventionnels, mais l’écart de prix se réduit. Vendu l’an dernier à 170 €/hl, le prix moyen du vin bio est actuellement de 160 €/hl, alors que le conventionnel atteint en moyenne 140 €/hl, soit à peine 15 % de moins…

« Ceci est lié à un problème de déséquilibre entre la production, qui a augmenté de façon très rapide, et la commercialisation, qui met plus de temps à se développer, analyse Philippe Pellaton, président du syndicat des côtes-du-rhône. L’excès de volume amène une dégradation du prix. » Les opérateurs peinent en effet à conquérir de nouveaux marchés. Pour Pascal Duffrène, le vin issu de la viticulture biologique souffre d’un « manque d’attractivité ». « Les consommateurs n’achètent pas ces vins parce qu’ils sont bio, mais parce qu’ils sont bons. Le bio n’est pas le réflexe d’achat numéro un pour le vin », explique-t-il.

Juliette Cassagnes
Vitisphere - La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vallée du Rhône
Vives discussions au sujet des plantations nouvelles

Publié le 27 octobre 2015

Beaujolais nouveau 
Baisse des échanges en vrac

Publié le 22 octobre 2015

Languedoc-Roussillon 
Coop de France plaide pour des cours consolidés

Publié le 15 octobre 2015

Muscadet 
Gérer les volumes pour tenir les prix

Publié le 07 octobre 2015

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin