Actualités viticoles

Val de Loire  L’aire de Chinon accueille sept nouvelles communes

Publié le vendredi 20 février 2015 - 15h37

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le comité national de l’Inao a approuvé la demande du syndicat des vins de Chinon d’étendre l’aire de l’AOC à sept nouvelles communes. Parmi elles, Seuilly, qui abrite la maison d’enfance de Rabelais dont le syndicat des vins cultive l’héritage.

Au premier plan, les vignes de La Devinière, la maison natale de Rabelais, à Seuilly, une commune qui va rejoindre l’aire de l’AOC Chinon.  © I. PROUST

Au premier plan, les vignes de La Devinière, la maison natale de Rabelais, à Seuilly, une commune qui va rejoindre l’aire de l’AOC Chinon. © I. PROUST

Pour beaucoup de vignerons de Chinon, une bizarrerie est enfin réparée. L’Inao a approuvé le 12 février dernier la demande de leur syndicat d’intégrer sept communes à l’aire de l’AOC : Candes-Saint-Martin, Couziers, Saint-Germain-sur-Vienne, Thizay, Cinais, Lerné et Seuilly.

RABELAIS EN HÉRITAGE

Situées à l’ouest de l’AOC Chinon, ces communes étaient jusqu’ici classées en AOC Touraine, mais en marge de cette appellation dont l’essentiel de l’aire se situe bien plus à l’est, dans la vallée du Cher et en Sologne viticole. « Le climat de ces communes est plus doux que dans le reste de l’AOC Touraine», explique François Garnotel, ingénieur terroir et délimitation à l’Inao de Tours. Et elles sont encépagées en cabernet franc et en chenin, les cépages de l’AOC Chinon.

Jean-Martin Dutour, président du syndicat des vins de Chinon. © I. PROUSTEn outre, Seuilly héberge La Devinière, la maison d’enfance de Rabelais, le célèbre auteur de la Renaissance dont l’AOC Chinon cultive l’héritage, au point que sa confrérie porte le nom de Confrérie des Bons Entonneurs rabelaisiens.
« L’aire de l’AOC Chinon trouve ainsi sa pleine cohérence géographique, s’est félicité Jean-Martin Dutour, président du syndicat des vins de Chinon. Et de bons terroirs rejoignent l’appellation. »

PAS DE REVENDICATION POSSIBLE AVANT 2016

Désormais, 25 localités composent l’aire d’appellation, qui s’étend sur 6 300 hectares délimités. « Ces nouvelles communes comptent moins de 50 ha de vignes, sur environ 500 ha de délimités », précise François Garnotel, de l’Inao. On y trouve plus de chenin que dans le reste de l’AOC Chinon. L’appellation pourra ainsi légèrement augmenter sa production de blancs, actuellement confidentielle.

Comme le veut la procédure, l’Institut soumet le dossier à une consultation publique du 6 mars au 7 mai 2015. Une fois cette phase achevée, « une deuxième procédure va s’ouvrir : la délimitation parcellaire des vignes sur ces communes, explique François Garnotel de l’Inao. Les vignerons concernés pourraient revendiquer en Chinon au mieux en 2016 ».

Ingrid Proust La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Indre-et-Loire
La grêle a fait plus de peur que de mal

Publié le 12 juin 2014

Val de Loire
Un chinon aguicheur pour la Saint-Valentin

Publié le 14 février 2014

Sancerre
Les vignerons au point de rupture avec l’Inao

Publié le 16 octobre 2013

Polémique
Du faux champagne à l’investiture d’Obama

Publié le 10 janvier 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin