Actualités viticoles

Val de Loire Gilbert Collard au secours des anti-CVO

Publié le mercredi 07 janvier 2015 - 16h20

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

Un nouveau groupe de producteurs opposés au paiement de CVO (contribution volontaire obligatoire) voit le jour dans le Saumurois. Gilbert Collard, le médiatique avocat et député marseillais, doit venir plaider leur cause.

Gilbert Collard, député du Gard, élu sous les couleurs du Rassemblement bleu marine (proche du Front National) sera le porte-drapeau médiatique des anti-CVO du Val de Loire. ©S.THOMAS/REA

Gilbert Collard, député du Gard, élu sous les couleurs du Rassemblement bleu marine (proche du Front National) sera le porte-drapeau médiatique des anti-CVO du Val de Loire. ©S.THOMAS/REA

Les anti-CVO du Val de Loire ne désarment pas. Ils viennent de passer à l’offensive contre InterLoire. Un nouveau groupe de viticulteurs est en cours de constitution dans le Saumurois. Il rassemble, selon sa porte-parole France-Simone Joseph (domaine du Bourgneuf, à Varrains), 300 producteurs issus de tout le Val de Loire. Certains de ces producteurs font aussi partie du premier du collectif « Non aux CVO » qui fédère déjà des contestataires dans le Pays nantais et en Anjou.

Pour donner plus d’écho à leur combat, ils ont fait appel à une figure du barreau de Marseille, l’avocat Gilbert Collard. Le député du Gard, élu sous les couleurs du Rassemblement bleu marine (proche du Front National) sera leur porte-drapeau médiatique.

« RÉCUPÉRATION POLITIQUE »

Sur le fond, les anti-CVO travailleront avec une avocate parisienne, Renée Fahl. Selon le quotidien « Le Courrier de l’Ouest », ils entendent porter plainte contre InterLoire pour abus de bien social. Sur quelles bases ? Impossible d’en savoir plus pour l’heure. France-Simone Joseph se refuse à tout commentaire. « Me Collard tiendra une conférence de presse en février », indique-t-elle simplement, précisant qu’il est « le seul à parler ».

Face à cette percée médiatique, la Fédération viticole de l’Anjou a réagi dans un communiqué afin d’alerter ses adhérents. « Il faut veiller à ne pas se laisser manipuler et ne pas croire que seule l’aura médiatique d’un avocat suffit à gagner un procès », écrit la fédération angevine.

Et de rappeler que 29 condamnations ont été prononcées contre des anti-CVO en 2014. La fédération souligne enfin qu’elle « revendique depuis toujours son indépendance, en particulier vis-à-vis des partis politiques ». Et s’interroge sur une possible « récupération électorale » de ce mouvement d’hostilité au paiement des CVO.

Patrick Touchais La Vigne-Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gironde
Création de l’association SOS vignerons sinistrés

Publié le 12 décembre 2013

CVO
La Confédération paysanne veut l'exonération des petits producteurs

Publié le 20 novembre 2013

CVO
Procès de viticulteurs dans l’Aude les 16 et 23 septembre

Publié le 26 août 2013

Cognac 
Début de campagne ambitieuse contre la flavescence dorée

Publié le 11 juillet 2013

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin