Actualités viticoles

Val de Loire  Des bouteilles mises aux enchères pour aider François Chidaine

Publié le lundi 23 mars 2015 - 16h07

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Un collectif de vignerons organise une vente aux enchères de vin pour soutenir François Chidaine, viticulteur du Val de Loire ayant essuyé plusieurs mauvaises récoltes depuis quatre ans. Les lots seront mis en vente le 26 mars, à Londres, par la célèbre maison Christie’s.

Le jeudi 26 mars, une vente aux enchères de bouteilles au bénéfice du vigneron François Chidaine se tiendra chez Christie’s, à Londres. © LOOP IMAGES/PHOTONONSTOP

Le jeudi 26 mars, une vente aux enchères de bouteilles au bénéfice du vigneron François Chidaine se tiendra chez Christie’s, à Londres. © LOOP IMAGES/PHOTONONSTOP

L’Union des gens de métier (UGM), un collectif composé de vingt-trois vignerons français et de deux vignerons italiens, a décidé d’organiser une vente aux enchères de vin dont les bénéfices seront reversés au vigneron François Chidaine. Installé dans le Val de Loire, en appellations Montlouis-sur-Loire, Vouvray et Touraine, ce viticulteur se retrouve actuellement dans une situation critique.

Trente-trois lots au total seront mis en vente le jeudi 26 mars, à Londres, par la célèbre maison de vente Christie’s. Les vins proposés sont tous issus de dons des vignerons de ce collectif et proviennent de toutes les régions viticoles : des double-magnums de meursault du Domaine Roulot, un moulin-à-vent du Domaine du Vissoux, des double-magnums de croze-hermitage 2009 d’Alain Graillot, du vin d’Arbois de Jacques Puffeney, ou encore du vin corse du Domaine de Torraccia.

UN ÉLAN DE SOLIDARITÉ SPONTANÉ

La démarche s’est organisée « spontanément » par ce collectif de viticulteurs, désireux de « faire quelque chose » pour François Chidaine. Le vigneron a en effet enchaîné quatre années de déficits de récolte, dont deux années – 2012 et 2013 – avec 70 % de perte de volume par rapport à sa moyenne habituelle. Des petits rendements directement liés aux aléas climatiques – gel, mauvaise floraison et grêle – en juin 2013. Dans le même temps, le viticulteur effectuait d’importants investissements, aggravant encore la situation.

Mais celui-ci veut rester optimiste : « Nous venons de passer trois années difficiles, mais il faut passer le cap. Je reçois de nombreux témoignages, et beaucoup de gens anonymes, d’amis, de collègues me soutiennent. C’est important pour le moral. À nous de nous battre jusqu’au bout ! »

Et pour ce vigneron convaincu par la biodynamie, hors de question de changer ses pratiques pour espérer multiplier par deux ses rendements. En 2015, il espère de tout cœur un retour à une récolte « normale », soit un rendement d’environ 40 hl/ha.

Juliette Cassagnes
Vitisphere - La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Val de Loire
Des barriques transformées en nichoirs à chouettes

Publié le 01 avril 2015

Val de Loire 
Le temps de travail décortiqué

Publié le 26 février 2015

Val de Loire
AOC et IGP dans la même interprofession ?

Publié le 22 décembre 2014

Val de Loire 
La coop de Saumur réduit la pénibilité au travail

Publié le 16 décembre 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin