Actualités viticoles

Val de Loire Des barriques transformées en nichoirs à chouettes

Publié le mercredi 01 avril 2015 - 16h56

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Des agriculteurs du Loir-et-Cher ont installé sur leurs parcelles des nichoirs à chouettes insolites et peu coûteux pour lutter contre les campagnols. Ils sont fabriqués dans de vieilles barriques.

Certains des nichoirs installés sont équipés d’un toit en tôle ondulée fixé à quelques centimètres du fût pour protéger les oiseaux de la chaleur. © F.BAECHLER/CA41

Certains des nichoirs installés sont équipés d’un toit en tôle ondulée fixé à quelques centimètres du fût pour protéger les oiseaux de la chaleur. © F.BAECHLER/CA41

L’objet peut surprendre : fixée à quelques mètres du sol, une barrique coupée en deux surplombe le paysage. « Ces nichoirs ont pour but de favoriser le développement de populations de rapaces nocturnes, de chouettes en particulier, prédateurs naturels des campagnols », explique Franck Baechler, animateur du GDA grandes cultures de la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher.

En effet, certains agriculteurs de la région ont été confrontés à une prolifération de campagnols alors qu’ils expérimentaient « des systèmes simplifiés, comme le semis direct sans labour », relate Franck Baechler. Pour lutter contre ces nuisibles et attirer leurs prédateurs, un spécialiste leur a soufflé l’idée de ces nichoirs fabriqués dans de vieilles barriques. « Plusieurs agriculteurs sont implantés dans la Beauce, où les haies et les bois sont rares, observe l’animateur du GDA. Soixante nichoirs ont alors été installés à trois à quatre mètres du sol, sur des mâts, en lisière de haie ou sur des arbres. »

DES RÉSULTATS ENCOURAGEANTS

Les agriculteurs ont acheté des barriques d’occasion à un vigneron bordelais. Ces fûts de 220 litres ont été coupés en deux et fermés par du contreplaqué. Munis d’une ouverture de 15 cm de diamètre, ils comportent une cloison intérieure en bois pour abriter de façon séparée les oiseaux et leurs petits. Coût total par nichoir : 50 à 60 euros HT.

Aujourd’hui, trois ans après la pose des premiers nichoirs, les effets sur les campagnols sont difficiles à évaluer, les conditions climatiques étant devenues moins favorables aux petits rongeurs. Mais pour Pierre Roger, céréalier ayant neuf nichoirs, les résultats sont « encourageants : j’ai constaté moins de dégâts dus aux campagnols et plus de hiboux moyens ducs dans mes parcelles. »

La chambre d’agriculture, elle, va mener une étude sur ces nichoirs et installer des perchoirs avec la Ligue de protection des oiseaux (LPO) .

Ingrid Proust
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Inter Rhône
Deux nouveaux outils pour vérifier le nettoyage de vos barriques

Publié le 09 avril 2015

Val de Loire 
Des bouteilles mises aux enchères pour aider François Chidaine

Publié le 23 mars 2015

Val de Loire 
Le temps de travail décortiqué

Publié le 26 février 2015

Val de Loire
AOC et IGP dans la même interprofession ?

Publié le 22 décembre 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin