Actualités viticoles

Val de Loire Coup de gel sur le Saumurois

Publié le jeudi 02 mai 2013 - 14h57

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Lundi 29 avril, à l’aube, la température est tombée à - 3°C dans le Saumurois. Des viticulteurs annoncent déjà des pertes de récolte.

Au clos des Cordeliers, à Souzay-Champigny, dans le Maine-et-Loire, Marie-Françoise et Sébastien Ratron ont installé 1 860 chaufferettes au fuel pour protéger les vignes du froid.

Au clos des Cordeliers, à Souzay-Champigny, dans le Maine-et-Loire, Marie-Françoise et Sébastien Ratron ont installé 1 860 chaufferettes au fuel pour protéger les vignes du froid.

Pour la deuxième année consécutive, certains producteurs du Saumurois ne vont pas remplir leurs cuves. On s’en souvient : 2012 avait été maigre pour tous. Alors que les feuilles viennent de faire leur apparition, quelques zones ont été frappées par un coup de gel ce lundi 29 avril à l’aube, où des températures autour de - 3°C ont été enregistrées au niveau du sol.

Dans l’appellation Saumur-Champigny, dans le Maine-et-Loire, les secteurs de Chacé, Varrains et Saint-Cyr-en-Bourg sont touchés. En AOC Saumur, ce sont les communes de Coudray-Macouard et Saint-Just-sur-Dive qui ont souffert.

« Les vignes étaient au stade une ou deux feuilles étalées. Il faudra attendre une bonne dizaine de jours pour faire un état des lieux précis », déplore Jean-Gabriel Breque, technicien à la Coopérative de Saumur, qui évoque entre 20 et 60 % de bourgeons gelés.

À Varrains, le bilan est déjà fait pour Mickaël Hardouin, vigneron au domaine du clos Maurice : « Sur 21 ha, 12 sont touchés. Les bourgeons fructifères sont grillés. J’estime entre 30 à 35 % en moyenne la perte de récolte. J’avais déjà perdu 60 % de récolte en 2012. Je n’ai pas de stock. Ma déclaration de sinistre vient de partir chez mon assureur. »

À quelques kilomètres de là, l’assurance de Marie-Françoise et Sébastien Ratron, ce sont des chaufferettes. Sur les 13 ha du clos des Cordeliers, à Souzay-Champigny, ils ont installé 1 860 chaufferettes au fuel, raccordées par 14 km de tuyaux pour protéger leur vignoble depuis le gel de 1991. « Nous en avons allumé une partie à 2 heures du matin, puis l’autre à 5 heures, rapporte Marie-Françoise. La température est descendue jusqu’à -3,5°C. On a réussi à la faire remonter à 2°C. Nous avons sauvé notre récolte. »

En Touraine, du côté de Chinon et Montlouis (Indre-et-Loire) notamment, le gel a également frappé.

Patrick Touchais

Ces articles peuvent également vous intéresser


Légendes de notre service météo

Publié le 21 juin 2010

Curiosité
Une attaque de cigariers en Anjou-Saumur

Publié le 28 mai 2013

Témoignage
« Déjà mon quatrième désherbage »

Publié le 23 mai 2013

Var
Demande de dérogation pour des traitements par hélicoptère

Publié le 23 mai 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin