Actualités viticoles

Val de Loire  Cloé, 21 ans, compagnon du devoir… en viticulture

Publié le mardi 22 octobre 2013 - 15h59

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Ils ne sont que huit en France à avoir saisi l’opportunité initiée par les Compagnons du devoir de se lancer dans un tour de France de la viticulture. Parmi eux, Cloé Humbert, 21 ans.

Cloé Humbert, compagnon du devoir à 21 ans, est arrivée juste avant les vendanges au domaine Chupin, dans le Maine-et-Loire. © P. TOUCHAIS

Cloé Humbert, compagnon du devoir à 21 ans, est arrivée juste avant les vendanges au domaine Chupin, dans le Maine-et-Loire. © P. TOUCHAIS

BTS Viti-oeno fraîchement en poche, elle est arrivée tout début septembre au domaine Chupin, à Champ-sur-Layon dans le Maine-et-Loire. Cloé Humbert, 21 ans, est compagnon du devoir et démarre en Val de Loire son tour de France viticole.

« On signe un contrat entre trois et sept ans pendant lesquels on découvre une région viticole chaque année, dont une passée à l’étranger, détaille la jeune femme, originaire de Meursault (Côte-d’Or). Je connaissais un peu le milieu par mon frère, compagnon charpentier. »

« LA TÊTE SUR LES ÉPAULES »

En Anjou, c’est le groupement d’employeurs Geiq AgriQualif 49 qui l’emploie. Elle est mise à disposition au domaine Chupin. « Le groupement dont je suis administrateur a eu un contact avec les Compagnons. On a dit : Banco ! », raconte Pierre Millet, le responsable de l’exploitation viticole, propriété du négociant Saget à Pouilly-sur-Loire, (Nièvre).

Arrivée juste avant le début des vendanges, Cloé s’est vite adaptée à une région dont elle connaissait peu de chose, hormis quelques noms de cépages ou d’appellations. « Elle travaille à la vigne et à la cave avec beaucoup de rigueur. Et la tête sur les épaules », se félicite Pierre Millet.

TRANSMETTRE

Et, chez les Compagnons, il vaut mieux afficher ces qualités. En plus de son travail quotidien dans l’exploitation et ses heures de formation au CFPPA de Montreuil-Bellay, elle doit enchaîner avec des cours du soir. Au programme : culture générale, mathématiques, français, anglais… Sans oublier des cours supplémentaires avec ses collègues paysagistes sur la reconnaissance des maladies et des adventices. Et le samedi, visites de domaines pour parfaire les échanges.

Une fois son année achevée en Anjou, elle repartira vers une autre région choisie par les Compagnons. Au final, elle souhaite passer son DNO (diplôme national d’œnologue). À terme, son objectif sera d’occuper un poste de responsable d’exploitation, avant une éventuelle installation. « On arrête son tour de France quand on sent qu’on est prêt à être compagnon, c’est-à-dire qu’on se sent prêt à transmettre », conclut Morgane Raguenes, responsable de la maison des Compagnons d’Angers.

Patrick Touchais

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux
Un job dating pour trouver chaussure à son pied

Publié le 15 novembre 2013

Hérault
Vendanges endeuillées

Publié le 25 septembre 2013

Cognac
Condamnés pour avoir déclaré des rendements délirants

Publié le 27 mars 2013

Entre-deux-Mers
Mort d’un viticulteur happé par sa prétailleuse

Publié le 11 février 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin