Actualités viticoles

Val de Loire Capital redistribué chez Ackerman et Alliance Loire

Publié le mercredi 04 février 2015 - 11h58

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les huit caves coopératives du Val de Loire qui détiennent le capital d’Ackerman et d’Alliance Loire ont décidé de réorchestrer la répartition des parts. Les choses ont été clarifiées en fin d’année et annoncées au cours du Salon des vins de Loire.

Marc Bonnin, président de la Cave de Saumur et d'Alliance Loire. ©P.TOUCHAIS

Marc Bonnin, président de la Cave de Saumur et d'Alliance Loire. ©P.TOUCHAIS

Ça bouge dans la coopération ligérienne où les huit caves coopératives (Saumur, Terrena, Vouvray, Bourgueil, Saint-Romain, Coteaux du Vendômois, Esat de Chinon et Orléans) détiennent le capital d’Ackerman et d’Alliance Loire. Terrena et la Cave de Saumur se partageaient jusque-là l’essentiel des parts des deux entreprises. Mais cette répartition ne facilitait pas toujours les prises de décisions. La rumeur viticole faisait état de tensions entre les deux coopératives sur les stratégies de développement et le fonctionnement des deux entreprises du groupe.

Pour clarifier la situation, les deux principales coops ont pris chacune le contrôle d’une des sociétés. « Les choses et les hommes ont évolué depuis la création du groupe en 2001. Notre objectif était d’être plus performant sur les deux entreprises », précise Marc Bonnin, président de la Cave de Saumur et d’Alliance Loire.

LES DEUX ENTREPRISES RESTERONT PARTENAIRES

Terrena, le monstre coopératif aux 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, devient donc actionnaire majoritaire, à 65 %, d’Ackerman (66 millions d’euros de chiffres d’affaire en 2014), devant les caves de Saumur, qui garde 25 %, et de Vouvray (8 %). Les autres coopératives se partageant le reste.

Du côté d’Alliance Loire, c’est la cave de Saumur qui prend le leadership, à 62 %. Suivent Terrena (11 %), Vouvray (10 %), Bourgueil (8 %), Saint-Romain (5 %), Coteaux du Vendômois (2 %), Esat de Chinon (1 %) et Orléans (1 %).

Si le groupe n’existe plus en tant qu’entité formelle, les deux entreprises entendent poursuivre leur partenariat. « Dans le domaine des achats et de la recherche et développement, notamment, nous continuerons à travailler ensemble, précise Marc Bonnin. Simplement, nous avons désormais un pilotage plus clair des deux sociétés. »

Patrick Touchais
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Champagne
Décès de Nicolas Feuillatte

Publié le 13 août 2014

Vallée du Rhône
Le Cellier des Dauphins veille sur ses appros

Publié le 01 juillet 2014

Vallée du Rhône 
Union prononcée entre Beaumes-de-Venise et Vacqueyras

Publié le 25 juin 2014

Aquitaine
La Safer va aider les coopératives à garder leur potentiel

Publié le 30 mai 2014

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin