Actualités viticoles

Trophées de la RVF La défense du vin à l’honneur

Publié le vendredi 10 janvier 2014 - 14h22

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La « Revue du vin de France » vient de distinguer Joël Forgeau, président de l’association Vin et société, et Audrey Bourolleau, sa déléguée générale, pour leur action en faveur de la défense du vin au travers de la campagne « Ce qui va vraiment saouler les Français.com ».

Audrey Bourolleau, déléguée générale de l’association Vin et société, et Joël Forgeau, son président, ont été récompensés pour leurs actions par la « Revue du vin de France ». © L-P RIDET

Audrey Bourolleau, déléguée générale de l’association Vin et société, et Joël Forgeau, son président, ont été récompensés pour leurs actions par la « Revue du vin de France ». © L-P RIDET

« Ces dernières semaines, le gouvernement répète le même refrain : il faut relancer la production et surtout ce made in France qui s’étiole. Autant dire que la célébration du vin et des vignerons qui nous réunit ce soir procure une certaine jubilation, a indiqué Denis Saverot, directeur de la rédaction de la « Revue du vin de France » (RVF), le 9 janvier, en préambule de la soirée de remise des Trophées du vin 2014. Car 500 000 personnes apportent entre 6 et 9 milliards d’euros à la balance française. C’est pourquoi nous sommes très heureux aujourd’hui d’honorer quelques-uns des brillants interprètes de l’art de vivre à la française. »

Cette cinquième édition des Trophées du vin s’est tenue au Bristol, à Paris, en présence de 500 personnes. La RVF a décerné onze trophées. La femme et l’homme de l’année sont Audrey Bourolleau, déléguée générale de l’association Vin et société, et Joël Forgeau, son président, vigneron sur 21 ha à Mouzillon (Loire-Atlantique), dans le Muscadet.

« Leur action est déterminante pour la sauvegarde de notre patrimoine commun, a poursuivi Denis Saverot. Face au lobbying des autorités sanitaires, ils ont réussi l’indispensable : fédérer la communauté disparate des régions viticoles françaises pour mieux défendre leurs intérêts communs, cette civilisation que nous aimons tant. Leur campagne, Ce qui va vraiment soûler les français.com, a frappé les esprits à la rentrée. Ils sont tous les deux à l’avant-garde de la défense de la culture du vin. »

Un prix dédié aux acteurs de la viticulture

Une bataille chère à la RVF. « La mobilisation a bien des vertus, entre autres de faire progresser les idées et les causes, a déclaré Joël Forgeau, heureux et honoré de recevoir ce prix. C’est tout naturellement que je le dédie aux 500 000 hommes et femmes qui font la vigne et le vin en France et qui ont su se fédérer au sein de Vin et société, ce qui n’était pas forcément une mince affaire dès le début. »

Les frères Jean-Pierre et Yves Confuron, du domaine Confuron-Cotetidot, 13 ha dans la côte de Nuits, à Vosne-Romanée (Côte-d’Or), décrochent le titre de vignerons de l’année. Leur style et leur perfectionnisme font de leur domaine l’un des plus brillants de Bourgogne, mais aussi de France. « C’est une grande fierté et une belle émotion qui touche la famille, ont précisé les deux frères, d’autant que cette récompense arrive exactement avec le cinquantenaire du domaine. Nous continuerons dans l’avenir à ravir vos papilles. »

La découverte de l’année met à l’honneur Romain Paire, du domaine des Pothiers, à Villemontais, dans la Loire. « C’est une belle récompense pour moi, pour l’équipe et pour mes parents, Georges et Denise, qui me supportent depuis dix ans », a-t-il déclaré, très heureux de la mise en avant de la côte roannaise.

La Chablisienne, en Bourgogne (250 viticulteurs, 1 250 ha et 8,5 millions de bouteilles), est désignée coopérative de l’année. Dirigée par Damien Leclerc, elle produit le quart de l’appellation Chablis. Elle exporte 60 % de sa production dans 72 pays.

Enfin, la marque de l’année est le champagne Louis Roederer, récompensée pour « l’exceptionnelle qualité » de ses vins. Cette maison familiale est pilotée par l’héritier, Frédéric Rouzaud, et Jean-Baptiste Lécaillon, ingénieur et œnologue, qui a initié la conversion du vignoble de 230 ha en biodynamie. Une vraie révolution.

Retrouver le palmarès complet sur le site de la RVF.

Florence Bal

Ces articles peuvent également vous intéresser

Presse professionnelle 
« La Vigne » primée pour sa nouvelle formule

Publié le 21 octobre 2013

Bordeaux
Des Belges lauréats du mondial de dégustation à l'aveugle

Publié le 15 octobre 2013

Presse
« La Revue du vin de France » décerne ses Trophées du vin

Publié le 11 janvier 2013

Polémique
Passe d’armes entre un vigneron et « La Revue du vin de France »

Publié le 11 septembre 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin