Actualités viticoles

Travail illégal Un prestataire de main-d'œuvre arrêté en Champagne

Publié le jeudi 01 septembre 2011 - 16h15

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Un entrepreneur soupçonné d’avoir employé irrégulièrement plus de 200 travailleurs polonais pour les vendanges en Champagne a été placé en garde à vue le 31 août. Dix-sept viticulteurs faisaient appel à ses services.

Travail illégal : un prestataire de main d'œuvre arrêté en Champagne. © C. THIRIET

Travail illégal : un prestataire de main d'œuvre arrêté en Champagne. © C. THIRIET

Domicilié dans la Marne, l’entrepreneur a été interpellé « dans le cadre d’une procédure de travail dissimulé », selon un communiqué de la gendarmerie, repris par l’AFP.

Une enquête initiée il y a un an a permis d’établir que « ces employés relèvent d’une société de droit polonais » gérée par le suspect, de nationalité française.

En clair, un montage juridique lui aurait permis d’embaucher des travailleurs polonais, non déclarés en France, pour les mettre à disposition de viticulteurs ou de maison de Champagne.

L’entrepreneur peu scrupuleux aurait ensuite facturé ces clients aux tarifs habituels. Il aurait ainsi gardé pour lui le montant des charges sociales et probablement aussi le différentiel entre le « salaire » perçu et celui reversé aux travailleurs Polonais.

« Dans un cas comme celui-ci, le risque est que la MSA se retourne contre les viticulteurs donneurs d’ordre pour percevoir les charges sociales inhérentes aux salaires. Au final, certains exploitants viticoles risquent de payer deux fois ! », explique Christian Goutorbe, président du groupement des employeurs au Syndicat général des vignerons de Champagne.

Celui-ci conclut : « Pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut contrôler certains points quand on passe par un prestataire. » (voir encadré)

Dix-sept viticulteurs faisaient appel au service de l'entrepreneur arrêté. Le dossier a été confié au procureur de la République de Reims (Marne).

 

Conseils pour éviter les prestataires véreux :

- Demandez à votre interlocuteur le numéro d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés et vérifiez sa conformité sur internet (ex. : http://www.infogreffe.fr/infogreffe/index.jsp).
- Exigez un justificatif de paiement des cotisations à la MSA. Le mieux est que votre interlocuteur vous communique une copie d’un bordereau d’acquittement délivré par la MSA. Pensez à bien conserver ce document qui montrera au moins votre bonne foi.
- Enfin, n’hésitez pas à poser des questions autour de vous. Les syndicats viticoles sont vite au courant des brebis galeuses. Et puis, vous pouvez aussi vérifier auprès des travailleurs du prestataire que les rémunérations qu’ils perçoivent sont cohérentes avec ce que vous versez au prestataire…

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Cognac
Les vendanges d’une année folle

Publié le 05 septembre 2011

Bordeaux, Champagne
Les vendanges commencent déjà

Publié le 18 août 2011

Œnotourisme
Sancerre s'active pour accueillir des touristes lors des vendanges

Publié le 09 août 2011

Vendanges
Premiers coups de sécateurs dans le Roussillon

Publié le 04 août 2011

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin