Actualités viticoles

Travail dans les vignes  La combinaison pour tous

Publié le mercredi 10 juin 2015 - 15h15

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le ministère de l’Agriculture veut imposer le port d’EPI à tous les ouvriers travaillant dans des parcelles préalablement traitées, même lorsque ceux-ci y pénètrent après le délai de ré-entrée. La filière y voit un excès de prudence.

Bientôt des vendanges manuelles en combinaison ? © C. WATIER

Bientôt des vendanges manuelles en combinaison ? © C. WATIER

Un avis de la Direction générale de l’alimentation (DGAL) irrite le vignoble. Cette administration vient d’annoncer aux firmes phytosanitaires sa volonté d’étendre à tous les salariés pénétrant sur une « parcelle préalablement traitée » les obligations relatives au port d’équipements de protection individuelle (EPI) qui figurent, depuis peu, sur les étiquettes des produits phytosanitaires.

Pour l’instant, ces consignes ne s’appliquent qu’aux préparateurs et épandeurs de produits phyto. La DGAL veut les appliquer à tous les travailleurs agricoles, y compris après les délais de ré-entrée.

DES MESURES PERÇUES COMME EXCESSIVES

La filière viticole s’oppose à ce projet. En l’absence de justifications sanitaires, elle y voit un excès de prudence. « On ne comprend pas. C’est comme s’il était posé que n’importe qui, rentrant n’importe quand dans la vigne, devait obligatoirement être protégé. Que ce soit un ouvrier viticole, un randonneur… », regrette Stéphane Héraud, le président de l’Association générale de production viticole. Il a adressé un courrier au ministère de l’Agriculture demandant des éclaircissements, resté pour l’instant sans réponse.

Un tel principe de précaution serait également préjudiciable pour l’image du vignoble. Poussées à l’extrême, ces mesures pourraient amener à des vendanges manuelles effectuées en panoplie lunaire : lunettes, combinaison déperlante, gants, bottes isolantes…

DES RÈGLES QUI RESTENT À AFFINER

Julien Durand-Réville, le responsable santé de l’Union de l’industrie de la protection des plantes (UIPP), distingue deux volets dans l’avis de la DGAL : « D’une part, la protection des opérateurs, où il est pertinent et intéressant d’avoir un texte homogène, d’autre part, la protection des travailleurs, qui ne semble plus être en corrélation avec l’évaluation du risque, car elle est systématique. »

Face à ce principe de précaution, il préconise plutôt l’information des salariés afin de réduire les risques grâce à « une bonne organisation du travail et un respect des règles simples d’hygiène ».

L’UIPP demande une rencontre à l’administration (y compris la DGAL, qui prépare des normes pour ces EPI) avec le monde agricole, les fournisseurs de phytos et d’EPI, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, la MSA, etc.

Alexandre Abellan
Vitisphere – La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Santé au travail
Le lymphome malin reconnu maladie professionnelle

Publié le 10 juin 2015

Fronton
Les techniques alternatives, ça marche !

Publié le 03 avril 2015

Bordeaux 
Des progrès dans l’usage des phytos

Publié le 21 janvier 2015

Phyto 
Une nouvelle taxe

Publié le 30 décembre 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin