Actualités viticoles

Travail dans les vignes Galère dans les sols détrempés

Publié le mercredi 17 avril 2013 - 17h18

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Au château Hourbanon, en appellation Médoc, l’enjambeur d’Hugues Delayat, le propriétaire, s’est embourbé dans les sols détrempés des vignes. Le viticulteur n’avait pas connu une telle situation depuis 2000.

Les roues de l’enjambeur du château Hourbanon se sont enfoncées dans la terre au point de laisser le châssis reposer sur le sol. Sept pieds de vignes ont même été arrachés. © H. DELAYAT

Les roues de l’enjambeur du château Hourbanon se sont enfoncées dans la terre au point de laisser le châssis reposer sur le sol. Sept pieds de vignes ont même été arrachés. © H. DELAYAT

« On dépense beaucoup d’énergie pour adapter, voire corriger la nature. Sauf que, de temps en temps, elle reprend ses droits et nous rappelle qu’elle est la plus forte », philosophe Hugues Delayat, 40 ans, propriétaire du château Hourbanon, 12,5 ha en AOC Médoc à Prignac-en-Médoc (Gironde). Le constat a été vérifié sur le terrain ce lundi 15 avril.

En début d’après-midi, le vigneron décide d’épandre de la potasse sur deux hectares. Un épandage qu’il aurait dû pratiquer cet hiver. Mais Hugues Delayat, qui produit 500 hl par an intégralement commercialisés en vente directe et essentiellement à l’export, est souvent au four et au moulin. Quand il n’est pas dans les vignes, il court les salons et le temps lui manque.

Ce 15 avril, c’est décidé, il faut épandre malgré les sols détrempés et les moullières par endroits. L’enjambeur s’engage dans la vigne. « Il y avait une sorte de soupe de boue. Je sentais que cela n’allait pas être facile. Très vite les roues ont commencé à patiner », se souvient-il.

Tant bien que mal, il avance jusqu’au moment où les roues s’enfoncent dans la terre, au point que le châssis repose sur le sol. Terminé, le tracteur est totalement embourbé. Impossible d’avancer. Au passage, sept pieds de vigne ont été arrachés. Hugues Delayat n’est pas du genre à paniquer. Ni à demander l’aide de ses voisins. « Je me débrouille seul », lâche-t-il. Il repart à la propriété chercher une tractopelle, laquelle va tirer l’enjambeur pour le sortir de ce bourbier.

Le lendemain, le viticulteur est revenu dans la parcelle pour terminer l’épandage. Mais cette fois, il a conduit le tracteur dans le sens de la pente pour alléger l’effort et éviter que les roues ne creusent à nouveau trop le sol. Hugues Delayat n’avait pas connu de sols aussi détrempés depuis 2000. Il reste encore des endroits où ce viticulteur ne peut travailler. Ainsi, sur une parcelle de 4 ha, pas question de faire passer le tracteur. « Je n’ai pas pu y broyer les sarments », indique-t-il. Il lui faudra attendre.

Colette Goinère

Ces articles peuvent également vous intéresser


Légendes de notre service météo

Publié le 21 juin 2010

Bourgogne
Des pompes dans les vignes pour vider l’eau

Publié le 07 mai 2013

Dordogne
La grêle s’abat sur Pécharmant

Publié le 03 mai 2013

Val de Loire
Coup de gel sur le Saumurois

Publié le 02 mai 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin