Actualités viticoles

Tour des vignobles  État favorable mais la grêle inquiète

Publié le jeudi 17 juillet 2014 - 16h50

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les observations opérées début juillet sur le terrain par FranceAgriMer font état d’une légère précocité et d’un état sanitaire assez favorable. Aucune estimation de récolte ne sera publiée avant la fin du mois. Les épisodes de grêle qui se sont abattus ces dernières semaines sur le vignoble ont impacté entre 25 600 et 29 100 ha.

L’état du vignoble est favorable mais des incertitudes demeurent quant aux prévisions de récolte, notamment à cause des épisodes de grêle de ces dernières semaines. © P. ROY

L’état du vignoble est favorable mais des incertitudes demeurent quant aux prévisions de récolte, notamment à cause des épisodes de grêle de ces dernières semaines. © P. ROY

La conférence de presse organisée ce jeudi 17 juillet par FranceAgriMer a été l’occasion de faire un point sur le vignoble à moins de deux mois des vendanges.

Mi-juillet, les perspectives de production sont jugées « bonnes en qualité et en quantité ». D’après les observations réalisées sur le terrain du 1er au 10 juillet, l’état sanitaire est globalement sain, il n’y a pas eu de gros épisodes de gel, il y a eu peu de coulure et la nouaison s’est globalement bien déroulée.

PAS DE PRÉVISIONS DE RÉCOLTE

La précocité, qui était importante au tout début du cycle végétatif, s’est atténuée et les experts parlent désormais d’une « légère précocité ».

Contrairement à d’habitude, il ne sera pas publié de prévisions de récolte avant la fin du mois du juillet. « Et encore, celles-ci seront à prendre avec précaution. Des chiffres plus sérieux seront publiés le 22 août », a averti Anne Haller, déléguée de la filière.

Une inquiétude demeure : les répercussions des différents épisodes de grêle qui se sont abattus sur le vignoble ces dernières semaines. Le décompte des surfaces touchées à des degrés divers fait état de 7 000 à 7 500 ha impactés en Charentes, 1 600 ha dans le Médoc, environ 5 000 ha en Bourgogne et de 12 000 à 15 000 ha en Languedoc.

CONSÉQUENCES DE LA GRÊLE

« Quand on donne une estimation de surfaces affectées, certaines parcelles ne sont que légèrement touchées et devraient pouvoir repartir tandis que d’autres sont détruites à 100 %. Il faut attendre au moins un mois pour commencer à mesurer les conséquences de la grêle et trois mois pour les constater avec certitude », précise-t-on à FranceAgriMer.

En Languedoc, dernier vignoble frappé par la grêle des « pépiniéristes ont été touchés, ce qui pourrait avoir des conséquences sur le marché des cépages de demain ». Dans cette région, « l’ampleur des dégâts pourrait être équivalente à ceux observés dans le Bordelais en 2013 [pour mémoire, deux orages y avaient touchés 37 000 ha de vignes, dont 7 000 abîmés entre 80 et 100 %] », a noté Philippe Janvier, chargé d’étude.

Aurélia Autexier

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bourgogne
Le Crédit agricole soutient les vignerons grêlés

Publié le 11 août 2014

Ardèche 
Les orages du 20 juillet ont abîmé 250 ha de vignes

Publié le 23 juillet 2014

Grêle dans l’Aude
Le déficit de récolte fait craindre des tensions sur les marchés

Publié le 11 juillet 2014

Grêle dans l’Aude et l’Hérault 
Le Foll mobilise les services de l’État

Publié le 09 juillet 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin