Actualités viticoles

Témoignage « Déjà mon quatrième désherbage »

Publié le jeudi 23 mai 2013 - 16h31

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Philippe Delesvaux, vigneron bio à Saint-Aubin-de-Luigné (Maine-et-Loire), court après les mauvaises herbes. Depuis la fin de l’hiver, il est déjà passé quatre fois pour les contenir.

Philippe Delesvaux, vigneron bio à Saint-Aubin-de-Luigné (Maine-et-Loire). © P. TOUCHAIS

Philippe Delesvaux, vigneron bio à Saint-Aubin-de-Luigné (Maine-et-Loire). © P. TOUCHAIS

Les journées fortement pluvieuses et douces font croître l’herbe à vitesse grand V dans les vignes en Anjou. Comme ailleurs, les vignerons bios sont confrontés au défi de la gestion de l’herbe. En cette fin mai, certaines parcelles présentent, du rang au cavaillon, un magnifique tapis de verdure de 20 à 30 cm de haut.

À Saint-Aubin-de-Luigné (Maine-et-Loire), Philippe Delesvaux fait la chasse à l’herbe dès la fin de la taille. « Je n’ai pas le choix. Sur mes terrains très secs, l’herbe fait trop de concurrence à la vigne. » Cette année, il en est déjà à quatre passages.

« Je déstabilise l’herbe dès qu’elle commence à sortir. Généralement, avec quelques journées de chaleur au printemps, elle sèche et meurt rapidement. Cette année, ça repart après chaque passage », souligne le producteur angevin, spécialiste des coteaux du Layon.

Sur ses 11 ha, il lui faut trois bonnes journées de tracteur pour tout nettoyer. « Il y a deux conditions pour que ça marche. Tout d’abord, être disponible pour entrer dans la parcelle dès qu’elle le permet, samedi ou dimanche inclus, et être bien équipé. »

Vigneron en bio depuis une vingtaine d’années, Philippe Delesvaux a investi dans différents matériels : lames, socs et disques. « Il faut utiliser le bon outil au bon moment. C’est l’expérience qui parle, même si dans nos climats, pas une année ne se ressemble. »

Depuis plusieurs jours, il passe ses journées sur le tracteur, alternant désherbage et traitements au cuivre et au soufre pour lutter contre le mildiou et l’oïdium. « Je ne sais pas ce qu’est une année normale », sourit-il.

Des grappes partent en vrille

« Le froid et le manque de soleil ne permettent pas à la vigne de faire correctement sa photosynthèse. Il lui manque les sucres nécessaires à la formation totale des grappes, lit-on dans le bulletin Info viti de l’Association technique viticole du Maine-et-Loire daté du 21 mai. Ainsi, on observe du filage : la grappe part en vrille. La vigne a très peu poussé depuis une semaine, les chenins et les cabernets francs sont encore majoritairement au stade cinq à six feuilles étalées, grappes visibles. Les vignes les plus précoces ont sept à huit feuilles étalées. »

Patrick Touchais

Ces articles peuvent également vous intéresser


Légendes de notre service météo

Publié le 21 juin 2010

Cahors
Près de 250 ha de vignes grêlées

Publié le 21 juin 2013

Orages
De la casse de rameaux suite aux fortes rafales de vent

Publié le 20 juin 2013

Languedoc-Roussillon
Plus de 4 000 ha irrigués d'ici 2015

Publié le 18 juin 2013

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin