Actualités viticoles

Stratégie d’entreprise  Les priorités de Val d’Orbieu pour 2014

Publié le jeudi 22 septembre 2011 - 17h39

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Marketing, maîtrise des coûts « industriels » et vrac. Tel est le nouveau credo affiché par le premier groupe coopératif viticole français. Lors d’une conférence de presse organisée à Paris ce 22 septembre, Bertrand Girard, le directeur général, a détaillé la stratégie pour les trois années à venir. Il a annoncé la création de Sud Vin, le rachat de Grand Terroir et l’ouverture d’une filiale en Asie.

Bernard Girard, directeur général de Val d'Orbieu.

Bernard Girard, directeur général de Val d'Orbieu.

« Il m’a fallu un an pour comprendre l’entreprise. » La remarque venant du directeur général de Val d’Orbieu pourrait faire sourire. On la comprend quand on connaît la taille du groupe (voir encadré). Bertrand Girard, ancien de chez Danone, à la tête de l’entreprise depuis un an, a présenté la stratégie pour les trois années à venir.

Tout d’abord, l’entreprise souhaite « mieux différencier ses vins ». Et cela passe par le marketing. « Nous avons déjà retravaillé la présentation de domaines et châteaux. Nous allons faire de même sur nos marques. La cuvée mythique va connaître un relookage. Par ailleurs, nous réfléchissons à la création d’un nouveau vin icône », a annoncé Bertrand Girard.

Dans cette stratégie de différenciation, Val d’Orbieu vient de racheter, à hauteur de 51 %, Grand Terroir, une société de négoce spécialisée dans le sourcing des vins de propriété.

Autre axe de développement stratégique : la spécialisation. À ce titre, le groupe revendique sa qualité de vracqueur. Avec d’autres partenaires dont les noms n’ont pas été communiqués, il a constitué une structure dédiée « au métier du vrac », dénommée Sud Vin. Rappelons qu’aujourd’hui le vrac représente environ 15 % de l’activité de Val d’Orbieu. « Être vracqueur n’est peut-être pas très porteur en terme d’image. Mais travailler cette matière première permet de prendre la température des marchés, de capter les tendances… », a déclaré Bertrand Girard.

Val d’Orbieu affiche aussi son objectif de « maîtrise par les coûts ». « Sur le segment des premiers prix et des marques de distributeurs, il faut une réflexion industrielle. L’objectif est d’être compétitif », a expliqué, en substance, le responsable. Cela devrait se traduire par une augmentation de la cadence des lignes de conditionnement et de la capacité de cuverie pour la préparation des vins… Est également en projet « l’accroissement de la surface logistique ».

À côté de ces trois axes prioritaires, l’entreprise s’engage aussi sur l’export. Aujourd’hui, toutes destinations confondues, le marché international ne représente que 35 % de ses ventes. Parmi les nouveautés : une filiale, baptisée Oriental +, vient d’être créée en Asie.

D’ici trois à quatre ans, le groupe vise 185 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Val d’Orbieu en chiffres :
- 10 334 ha de vignes,
- 168 millions d’euros de chiffre d’affaires
- 1 591 viticulteurs
- 11 caves coopératives
- 55 domaines et châteaux
- 1,3 million d’hl commercialisés.


A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Réforme de la Pac
Position commune des coopératives viticoles, fruitères et légumières

Publié le 31 mai 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin