Actualités viticoles

Sociologie La baisse de la consommation de vin s’explique par un effet de génération

Publié le lundi 18 juillet 2011 - 14h48

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Thierry Lorey et Pascal Poutet, enseignants chercheurs à l'ESC Pau, ont mené une étude expliquant la baisse de la consommation de vin en France par les générations. Le résultat de leur travail a été publié, à la fin de juin, dans l'International Journal of Entrepreneurship and Small Business. Les chercheurs ont mis en évidence un lien entre la baisse de la consommation de vin en France et l'appartenance à une génération donnée. Ils projettent que cette baisse va donc s'accentuer dans les années futures car boire du vin est devenu « exceptionnel » pour les 18-30 ans.

La génération des 18 – 30 ans est désarmée par la complexité de l’univers du vin et préfère des boissons plus simples à consommer.

La génération des 18 – 30 ans est désarmée par la complexité de l’univers du vin et préfère des boissons plus simples à consommer.

Face au constat des jeunes qui ne consomment pas beaucoup de vin, une question a longtemps fait débat dans le monde viticole : ce moindre intérêt pour la dive bouteille préfigure-t-il une nouvelle baisse globale de la consommation de vin au fur et à mesure que les buveurs les plus âgés vont disparaître ? Ou bien, à l'inverse, peut-on espérer qu'en vieillissant, ceux qui ont aujourd'hui entre 18 et 30 ans finissent par changer leurs habitudes et se mettent à boire du vin ?

L'enquête sociologique menée par Thierry Lorey et Pascal Poutet répond, en partie, à cette question. Les chercheurs se sont fondés sur les chiffres publiés par l'OIV (Organisation internationale de la vigne et du vin) en juin dernier. Ces statistiques montraient une baisse de la consommation de vin en France de 17 % en volume sur les huit dernières années. Thierry Lorey et Pascal Poutet ont examiné l'évolution de la consommation en distinguant les consommateurs en fonction de leur génération et non pas de leurs catégories socioprofessionnelles ou de leurs habitudes de consommation...

Pour ce faire, ils ont mené 39 longs entretiens semi-directifs auprès des représentants de la « génération héritage » (les plus de 65 ans), la « génération X » (entre 30 et 40 ans) et la « génération Y » (entre 18 et 30 ans). Les résultats font apparaître des représentations du vin et de sa consommation qui diffèrent pour chaque génération.

Deux ruptures majeures expliquent la baisse de la consommation de vin en France. La première se situe entre les générations « héritage » et « X ». Les aînés ont une représentation collective du vin tandis que les 30-40 ans considèrent que la consommation du vin est réservée aux CSP favorisées. La deuxième rupture se situe entre les générations X et Y. L'absence de transmission conduit les 18-35 ans à une vision plus individualisée du vin. Ils redoutent ses dégâts sur la santé et le considèrent comme un produit de luxe.

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vin
Le consommateur ne distingue pas les vins chers des vins à bas prix

Publié le 15 avril 2011

Rosés
La moitié des consommateurs préfèrent une couleur pâle

Publié le 24 mars 2011

Economie
Les États-Unis, première nation consommatrice de vin

Publié le 21 mars 2011

Initiative du Columa
Lancement d'une enquête nationale sur la flore des vignobles

Publié le 07 mars 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin