Actualités viticoles

Sitévi  Une démonstration de complantation très regardée

Publié le jeudi 01 décembre 2011 - 17h19

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Nicolas Rogier, fondateur de NR Inov’concept, société basée à Jonquerettes (Vaucluse), a su capter l’attention des visiteurs du salon avec sa démonstration de matériel pour l’arrachage de vieilles souches et la complantation avec des plants à racines longues.

Une démonstration de complantation très regardée au Sitévi. © A.A. et J.C. GRELIER

Une démonstration de complantation très regardée au Sitévi. © A.A. et J.C. GRELIER

« Je n’arrête pas ! J’enchaîne les démonstrations. Je n’ai même pas le temps de prendre un sandwich… » Nicolas Rogier est un homme heureux. Son matériel plaît aux visiteurs du Sitévi. Installé dehors, sous un soleil radieux, entre les halls 13, 5 et 1, cet ancien chef d’atelier est fier de présenter sa tarière planteuse NR 100 pour faire des complantations avec des plants en racines longues.

Cet ancien chef d’atelier dans les travaux publics s’est reconverti dans la viticulture depuis peu. Il explique : « J’ai un bon copain, viticulteur qui me parlait de ses difficultés pour faire des complantations avec des plants à racines longues. En discutant avec lui, j’ai eu l’idée de fabriquer un système qui dépose le plant avec le tuteur et l’arrose simultanément. »

Avant la plantation, il arrache la vieille souche avec un godet vibrant qui ameublit la terre et la sépare des racines et des cailloux. Ensuite, il passe à la tarière-planteuse qu’il commence par charger d’un plant avant de monter dessus pour enclencher le cycle de plantation.

Nicolas Rogier a profité du Sitévi pour annoncer la commercialisation d’un tout nouvel outil, le plante-piquet par vibrations, pour les vignes nouvelles. « Normalement, le piquet est planté par percussions. L’avantage de la vibration est double. D’abord, on ne détériore pas le matériel qui porte le vibreur, lequel est monté silent-bloc. Ensuite, quand le piquet a du mal à rentrer, la vibration facilite l’enfoncement car le piquet vibre jusqu’à son point d’enfoncement. »

Coût du godet vibrant : 4 500 € HT.
Coût de la planteuse : 14 500 € HT.
Coût du pante-piquet (sans les guides) : 4 500 € HT.

Cliquer ici pour voir la vidéo de la démonstration.

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Sitévi
Des visiteurs venus pour acheter

Publié le 30 novembre 2011

Sitévi 2011
Frayssinet et ses rugbymen attirent les foules

Publié le 30 novembre 2011

Sitévi
L’IFV professionnalise sa prestation de service aux entreprises

Publié le 29 novembre 2011

Sitévi
J -1

Publié le 28 novembre 2011

Vidéo
Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin