Actualités viticoles

Sélection massale  Création d’une agence de conseil

Publié le jeudi 23 avril 2015 - 10h19

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

Pour 1.000 à 1.500 €, Thomas Dormegnies propose aux vignerons d’identifier leurs souches intéressantes au sein de vieilles parcelles, en vue de les multiplier.

Ingénieur-œnologue, Thomas Dormegnies lance l’agence TDormegnies Conseils, spécialisée dans la sélection massale.

Ingénieur-œnologue, Thomas Dormegnies lance l’agence TDormegnies Conseils, spécialisée dans la sélection massale.

Après douze ans d’expérience comme sélectionneur chez les pépinières Mercier, Thomas Dormegnies vient de lancer un nouveau métier : conseiller privé en sélection massale ou « flying vine breeder ». Basé en Vendée, il a créé l’agence TDormegnies Conseils. Il propose désormais ses services aux viticulteurs du Val-de-Loire, des Charentes et du Bordelais qui veulent valoriser le patrimoine génétique de leurs vieilles parcelles.

UNE SÉLECTION ADAPTÉE À LA DEMANDE

En quoi consiste sa prestation ? Tout d’abord, il définit avec le domaine les objectifs de la sélection. « Celui-ci peut par exemple vouloir faire un sauvignon blanc très haut de gamme et donc souhaiter des pieds avec des grappes moyennes, très aérées qui procurent un profil aromatique très marqué. »

Ensuite, il prospecte les vieilles vignes de la propriété, afin de repérer visuellement les individus qui répondent aux objectifs définis et qui ne présentent pas de symptômes de viroses.

Puis, les sujets retenus font l’objet d’analyses virologiques, avec les pépinières Mercier. « L’objectif est de ne multiplier que les sujets d’élite et sains, insiste le consultant. Au final, on ne sauvera donc peut-être qu’une centaine de souches dans une parcelle qui permettront d’obtenir 1.000 à 2.000 plants. »

Pour le greffage des bois, il s’appuie également sur les pépinières Mercier.

Côté coûts, il faut compter entre 1.000 et 1.500 euros pour une prestation comprenant la définition des objectifs de sélection, la prospection sur le domaine, les analyses virologiques et la collecte des greffons sélectionnés.

À cela, il faut ajouter le coût des analyses : 25 euros par souche pour le court-noué et les enroulements 1, 2 et 3. Et le coût des plants.
Thomas Dormegnies est ingénieur-œnologue. Il a travaillé pendant douze ans comme sélectionneur. Il a notamment opéré en Arménie, le berceau de la viticulture forte d’une grande diversité génétique.

Christelle Stef

Ces articles peuvent également vous intéresser

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin