Actualités viticoles

Sébastien Vincenti, viticulteur « Le gel de cet hiver m’a fait perdre des souches »

Publié le lundi 30 avril 2012 - 09h22

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

À Mazan dans le Vaucluse, les plus vieilles vignes de Sébastien Vincenti ont subi des dégâts liés au gel de l'hiver. Le débourrement est hétérogène et certaines souches ont péri.

Sébastien Vincenti, viticulteur dans le Vaucluse, nous montre un cep qui n’avait toujours pas débourré le 26 avril. © C. SARRAZIN

Sébastien Vincenti, viticulteur dans le Vaucluse, nous montre un cep qui n’avait toujours pas débourré le 26 avril. © C. SARRAZIN

Les vieux carignans de Sébastien Vincenti ont souffert du gel de cet hiver. Le vigneron, qui possède 40 hectares en AOC Ventoux à Mazan, dans le Vaucluse, nous conduit sur sa parcelle plantée en 1936. En février, les températures sont descendues à -17°C pendant plusieurs jours et le mistral a soufflé très fort. Ce froid a endommagé des souches.

« Voyez, le bois est fendu en plusieurs endroits, déplore-t-il. Certains pieds ont l’air morts. Il y aura peut-être des repousses. Pour le savoir, nous allons devoir attendre. Toutes les parcelles ne sont pas concernées. Ce sont les vignes les plus exposées au vent et les plus âgées qui présentent des dégâts. »

Les vignes qui n’ont pas dépéri rencontrent des problèmes de débourrement. « Les sorties de bourgeons sont irrégulières », ajoute le vigneron.

D’après lui, les vignes endommagées étaient déjà gorgées de sève au moment de la période de gel. « Le froid a été soudain, observe-t-il. Avant qu’il arrive, il avait fait exceptionnellement doux. Aussi, la sève n’était pas complètement descendue dans les bois et ces derniers étaient gorgés d’eau. C’est ce qui les a fait éclater lorsque le mercure est descendu en dessous de zéro. »

Sébastien Vincenti estime avoir perdu jusqu’à 5 % des pieds sur certaines parcelles. « La récolte sera affectée. Toutefois, il est difficile de savoir dans quelle proportion à ce jour », indique-t-il. Il remplacera les manquants. Mais les jeunes plants ne produiront que dans quatre ans.

C. Sa.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Cognac 
La viticulture n’est pas opposée à des plantations nouvelles

Publié le 29 mai 2012

Var 
6 000 hectares détruits en partie par la grêle

Publié le 29 mai 2012

Œnotourisme
Sancerre s’équipe d’un simulateur d’enjambeur

Publié le 24 mai 2012

Loir-et-Cher
Un vignoble durement frappé par le gel

Publié le 22 mai 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin