Actualités viticoles

Rosés de Provence Il reste des marchés à conquérir !

Publié le lundi 09 mars 2015 - 17h12

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

À l’occasion de la journée de rencontre professionnelle Un jour en Provence, à Paris, le CIVP a dressé l’état du marché des rosés de Provence. La généreuse récolte en 2014 redonne du souffle à la filière qui peut partir à la conquête de nouveaux marchés, tant en France qu’à l’exportation.

« Il faut ouvrir des marchés ! », a scandé Jean-Jacques Bréban, président du Conseil interprofessionnel des vins de Provence.

« Il faut ouvrir des marchés ! », a scandé Jean-Jacques Bréban, président du Conseil interprofessionnel des vins de Provence.

« Il faut aller chercher de nouveaux consommateurs ! », a scandé Jean-Jacques Bréban, président du CIVP, à l’occasion de la conférence de presse de l’interprofession, lundi 9 mars, à Paris. La consommation de rosé évolue, elle devient mondiale : les rosés de Provence doivent se positionner sur le marché international. »

En 2014, la Provence a produit, toutes couleurs confondues, 1,4 millions d’hectolitres, soit une augmentation de 15 % par rapport aux deux petites récoltes précédentes. 89 % de ces volumes sont des rosés, représentants 1,2 millions d’hectolitres. Ce millésime plus généreux permet à la filière de respirer après deux campagnes tendues en raison de petites disponibilités.

18 % DES ROSÉS DE PROVENCE PARTENT À L’ÉTRANGER

En France, 37 % des rosés de Provence seront vendus en grande distribution, 18 % en CHR, autant en vente directe, le reste par les cavistes (5 %) et le hard discount (4 %). 18 % également des volumes de rosés partent à l’export. Ce débouché est l’un des plus dynamiques pour la région (+12 % en volume entre 2013 et 2014, +25 % en valeur, selon la FEVS), qui entend bien y briller face à une concurrence féroce.

Dans le monde, quatre pays se partagent le plus gros des exportations de rosé : l’Espagne, l’Italie, les États-Unis et la France, quatrième en volume mais première en valeur. L’international est donc un gage de valorisation pour les rosés français, qui doivent désormais se tourner vers de nouveaux marchés, comme la Russie, le Canada et, pourquoi pas, la Chine, réputée peu disposée à boire cette couleur.

« IL FAUT NOUS POSITIONNER EN TANT QUE LEADERS SUR LA QUALITÉ »

« On nous avait dit, il y a quelques années, que nous ne vendrions pas de rosé au Brésil », se souvient Jean-Jacques Bréban. Aujourd’hui, cette couleur représente un quart des vins consommés par les Brésiliens aisés urbains, selon une étude Wine Intelligence dévoilée à l’occasion de la conférence de presse. « Il faut ouvrir des marchés et nous positionner en tant que leaders sur la qualité », a-t-il ajouté.

Si l’exportation laisse de belles perspectives au rosé, le marché intérieur réserve également quelques bonnes pistes. Une enquête commandée par le Cniv a, pour la première fois, mis en évidence la sous-représentation des rosés chez les cavistes parisiens. Ceux-ci ne proposent que 6 % de vins de cette couleur (où les rosés de Provence occupent un tiers des références proposées) pour 64 % de rouges et 30 % de blancs. Tout un domaine à conquérir ! D’autant plus ces vendeurs parisiens valorisent bien les rosés de Provence : 13 euros le col, contre un prix moyen de 10 euros tous rosés confondus. Il est donc temps de conquérir ces cavistes de la capitale.

Une clientèle jeune et féminine
Il ressort de l’étude Wine Intelligence sur les consommateurs de rosé dans le monde que plus on est jeune, plus on consomme de rosé, la tendance s’inversant avec l’âge. Il est encore trop tôt pour dire s’il s’agit d’un effet d’âge (le goût pour le rosé s’atténuant avec les années) ou de génération (les jeunes consommateurs garderont-ils leurs habitudes de consommation en vieillissant ?). Sans surprise, les femmes se disent plus volontiers attirées par le rosé que les hommes, sauf au Brésil, où la tendance est renversée. Aux États-Unis, en Russie et en Australie, hommes et femmes sont égaux devant la consommation de rosé.

Emilie-Anne Jodier
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vins rosés 
Jusqu’où vont-ils aller ?

Publié le 03 avril 2015

Thomas Thévenoud
Nouveau défenseur du vin

Publié le 02 septembre 2014

Bordeaux
L’interprofession veut profiter de la belle saison

Publié le 16 juin 2014

Conseils d’experts 
Comment sécuriser vos exportations en Chine

Publié le 04 juin 2014

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin