Actualités viticoles

Réforme de la Pac Position commune des coopératives viticoles, fruitères et légumières

Publié le mardi 31 mai 2011 - 17h09

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les coopératives vinicoles (CCVF) et de fruits et légumes (Felcoop) demandent dans une note commune, diffusée le 30 mai, que leurs secteurs soient pris en compte dans les propositions législatives et budgétaire pour la Pac après 2013.

Selon la CCVF et Felcoop, la viticulture et les fruits et légumes doivent s’inscrire de manière positive dans les réflexions sur les futurs outils de la PAC.

Les deux organisations font valoir que ces deux secteurs qui ont contribué respectivement à « environ 5 % et 15 % de la valeur de la production agricole de l’Union européenne » en 2008 sont « les plus dépendants des aléas climatiques » et de ce fait très exposés à l’instabilité et à l’ouverture totale des marchés.

Les producteurs doivent pouvoir bénéficier « d’une meilleure prise en compte des risques et des crises (meilleure prise en charge de l’assurance récolte, assurance revenu, fonds de mutualisation…) », estiment la CCVF et la Felcoop.

Les deux organisations souhaitent par ailleurs que soient encouragés « le regroupement de l’offre en amont et la contractualisation avec l’aval », et que leurs coopératives puissent bénéficier d’une « politique d’investissements et de promotion ambitieuse » qui leur permettrait de se positionner sur les marchés à l’export.

En viticulture, le système d’enveloppe nationale « doit être sauvegardé dans son principe », martèle la note, tout en revoyant ses modalités d’application. Cela pour « permettre plus de souplesse interannuelle dans la gestion des crédits et de mieux cibler les aides sur les projets réellement structurants, assurant le renforcement de la position des producteurs, et d’éviter le saupoudrage ».

En tant que culture pérenne, la vigne doit pouvoir conserver certaines mesures spécifiques telles l’encadrement des plantations par le maintien des droits au niveau européen (jusqu’à présent sa disparition complète est programmée pour 2018), revendique encore la note.

Quant au vin, « produit transformé », sa production doit rester encadrée par des règles spécifiques d’élaboration et d’étiquetage.

Vidéo le même sujet :

Pac 2014 : une position commune des cultures spécialisées (D. Verdier, CCVF)

 

B. V.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Fortes chaleurs
Quelques dégâts d'échaudage

Publié le 30 juin 2011

Traitement par hélicoptère
La dérogation locale reconduite en Bourgogne

Publié le 03 juin 2011

Sécheresse
Les vignes commencent à souffrir

Publié le 01 juin 2011

Porte-greffe
Le Némadex AB officiellement inscrit au catalogue

Publié le 26 mai 2011

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin