Actualités viticoles

Pyrénées-Orientales  La grêle impacte 400 ha de vignes à Rivesaltes

Publié le vendredi 12 juin 2015 - 14h37

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les vignes de la cave coopérative de Rivesaltes ont subi à deux reprises les assauts de la grêle. L’épisode du 10 juin a impacté 400 ha. Dans les parcelles les plus atteintes, 35 à 45 % des baies sont perdues ou abîmées.

Quatre cents hectares ont été abîmés par la grêle du 10 juin à Rivesaltes. ©Coopérative de Rivesaltes-Arnaud de Villeneuve

Quatre cents hectares ont été abîmés par la grêle du 10 juin à Rivesaltes. ©Coopérative de Rivesaltes-Arnaud de Villeneuve

Mercredi 10 juin : « À partir de 16 h 45, on a subi pendant vingt minutes un assaut de grêlons très intense. Au début, ils n’étaient pas très gros. Puis ils ont presque atteint un centimètre de diamètre », rapporte Thierry Beceiro, le responsable du vignoble à la cave coopérative de Rivesaltes, Arnaud de Villeneuve. L’épicentre du sinistre a eu lieu sur les communes de Rivesaltes, Pia et Claira, dans les Pyrénées-Orientales. Mais Espira-de-l’Agly et Peyrestortes ont également été touchés.

DES PERTES DE RÉCOLTES ATTENDUES

Dans les vignes, les dégâts, importants, se localisent sur les grappes. Impacts en forme de coup-de-poing sur les grains, baies sectionnées, le spectacle est désolant. Thierry Beceiro estime à environ 400 ha les surfaces endommagées au sein de la coopérative. Il s’agit de parcelles de chardonnay, muscat petit grain, muscat d’Alexandrie, syrah et merlot, pour la plupart en IGP ou en vin sans IG. Dans les plus atteintes, 35 à 45 % des grains sont perdus ou abîmés. Plus on s’éloigne de l’épicentre, moins les dégâts sont intenses : de 30 à moins de 5 %. Des dommages qui vont donc se concrétiser par des pertes de récolte.

Heureusement les pampres sont restés intacts. Le feuillage n’a subi que quelques déchiquetages. « Le système végétatif reste opérationnel et suffisant pour assurer la photosynthèse », note Thierry Beceiro. Mais le mildiou et la pourriture grise risquent de se développer sur les baies blessées.

« Nous avons conseillé des traitements à base de cuivre ou de folpel pour que les raisins cicatrisent au plus vite », indique Thierry Beceiro. Malheureusement, dans l’épicentre de l’orage, les viticulteurs ne peuvent pas pénétrer dans leurs parcelles détrempées. Et, le climat va rester humide pendant trois à quatre jours. »

Une tuile de plus pour Rivesaltes. La région avait déjà subi un premier épisode de grêle, le 8 juin au soir, sur les secteurs de Calce et Pézilla-la-Rivière. « Dans une centaine d’hectares de vignes, essentiellement des parcelles en AOP, 20 à 30 % des baies sont touchées. Mais là les sols sont caillouteux et les viticulteurs n’ont pas de difficulté pour traiter », rapporte Thierry Beceiro.

Christelle Stef - La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Languedoc-Roussillon
Le Gard et l’Hérault touchés par la grêle

Publié le 10 juin 2015

Beaujolais 
Nuit de grêle à Vaux

Publié le 08 juin 2015

Alsace
Premiers dégâts de grêle

Publié le 18 mai 2015

Assurance-récolte
Les subventions tardent à arriver

Publié le 28 avril 2015

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin