Actualités viticoles

Prospectives Le monde pourrait bientôt manquer de vin

Publié le jeudi 31 octobre 2013 - 15h52

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le monde se dirige-t-il vers une pénurie de vin? C'est ce qu'affirme la banque américaine Morgan Stanley, avertissant que les prix des bouteilles exportées risquent de flamber face à un déclin de la production et la soif grandissante des Chinois et Américains.

Prospectives : Le monde pourrait bientôt manquer de vin. © DON FARRALL

Prospectives : Le monde pourrait bientôt manquer de vin. © DON FARRALL

La production mondiale de vin a culminé en 2004, où le secteur affichait « un excès de 600 millions de caisses », explique Morgan Stanley dans une étude reçue mercredi 30 octobre. Depuis, l’offre mondiale n’a cessé de décliner à la faveur de baisses de capacités, tombant en 2012 à son niveau le plus bas depuis quarante ans, ajoute la banque américaine.

Les capacités de production ont particulièrement diminué en Europe où elles sont aujourd’hui inférieures de 10 % à celles de 2005, notamment en France, premier producteur mondial de vin, suivi par l’Italie et l’Espagne.
À cette tendance de fond s’est ajoutée l’an dernier une mauvaise météo.

Parallèlement, la demande mondiale n’a cessé de croître, alors que la nouvelle bourgeoisie russe, chinoise ou d’autres pays émergents a pris goût au bordeaux, rioja et autres malbec.

Résultat : « La demande de vin a dépassé l’offre de 300 millions de caisses l’an dernier », constate l’étude. Pis, la situation va s’aggraver, alors que « la demande à l’exportation devrait s’accélérer à moyen terme ».

BOND DES PRIX À L’EXPORTATION

« À court terme, les stocks vont diminuer car la consommation sera dominée par les millésimes des années passées » mais quand ce sera au tour de la production de 2012 d’être consommée, « nous nous attendons à une pénurie avec un bond de la demande et des prix à l’exportation », poursuit Morgan Stanley.La situation « va se tendre particulièrement en Europe », région productrice mais également fortement consommatrice, ajoute l’étude.

Si les Français restent les plus gros buveurs de vin du monde, avec un rebond de leur consommation depuis 2010, après plusieurs décennies de déclin comme partout ailleurs en Europe, les États-Unis leur emboîtent désormais immédiatement le pas.

Le pays du Coca-Cola est désormais aussi le deuxième principal pays amateur de vin au monde et tire aujourd’hui, avec la Chine, la croissance de la consommation mondiale, note Morgan Stanley.

Selon la banque, les producteurs du Nouveau monde, à savoir l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Chili ou l’Argentine, seraient les mieux placés pour bénéficier des tensions entre la demande et l’offre, qui vont s’accroître dans les prochaines années. Ils seront notamment en mesure d’augmenter nettement les prix à l’exportation.

AFP

Ces articles peuvent également vous intéresser

Pénurie de vin
Bémols professionnels aux prédictions de Morgan Stanley

Publié le 04 novembre 2013

Bourgogne
Vers une campagne record

Publié le 08 juillet 2013

Jérôme Despey 
« La filière vin doit avoir les stocks en temps réel »

Publié le 17 mai 2013

Étude sociologique
Quand la fin de vie rime avec faim de vie…

Publié le 15 mars 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin