Actualités viticoles

Prix des terres  Les écarts entre vignobles se creusent

Publié le mercredi 30 mai 2012 - 16h44

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Selon le bilan 2011 de la Safer, le prix moyen d’un hectare de vignes à appellation a progressé de presque 5 % par rapport à 2010 pour s’établir à 99 400 €/ha. Les experts constatent une très grande hétérogénéité des prix selon les régions. Sur la dernière décennie, l’écart entre le vignoble le moins cher et le plus onéreux est passé de 1 à 32 à 1 à 80.

Emmanuel Hyest, président de la fédération nationale des Safer, et Robert Levesque, son directeur, lors de la conférence de presse de présentation du bilan 2011. © A. AUTEXIER

Emmanuel Hyest, président de la fédération nationale des Safer, et Robert Levesque, son directeur, lors de la conférence de presse de présentation du bilan 2011. © A. AUTEXIER

Après le fort ralentissement de 2009 et la timide reprise de 2010, le redémarrage est plus net sur le marché du foncier viticole avec une hausse de 4,7 % sur l’hectare de vignes d’appellation (99 400 €/ha), 12,6 % sur celui d’une vigne destinée à produire du cognac (31 200 €/ha) et 4 % pour une vigne sans appellation (11 100 €/ha). « La reprise est plus manifeste en terme de valeur échangée qu’en terme de nombre de transactions et de surface », précise-t-on à la Safer. Même si le marché s’améliore, on ne retrouve pas les niveaux observés en 2008, avant la crise financière.

Entre 1991 et 2011, le prix des vignes d’appellation a gagné 73 % en valeur constante. « Cette hausse est surtout due à celle des prix des vignes de champagne. Hors cette région viticole, la hausse n’est plus que de 10 % », lit-on dans le rapport d’analyse.
En 2011, la Champagne caracole en tête avec un prix moyen à l’hectare de 907 900 € (+ 4,6 %), suivie, de loin, par l’Alsace à 133 000 €/ha (- 1,1 %). En bas du classement, on retrouve le vignoble du Languedoc-Roussillon, où un hectare de vigne se négocie en moyenne à 11 400 € (+ 1,7 %). « L’écart entre le vignoble le plus cher et celui qui est le moins onéreux est aujourd’hui de 1 à 80. Il y a dix ans, cet écart n’était que de 1 à 32 », a expliqué Robert Lavesque, directeur de la Safer.

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Var 
6 000 hectares détruits en partie par la grêle

Publié le 29 mai 2012

Bordeaux
L’œnotourisme en grande forme

Publié le 11 mai 2012

Bordeaux
«Des écarts de débourrement très marqués»

Publié le 25 avril 2012

Confusion sexuelle
De nouveaux diffuseurs sur le marché

Publié le 20 mars 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin