Actualités viticoles

Prévention Le « zéro alcool » au volant fait du bruit

Publié le mardi 29 septembre 2015 - 12h24

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Avec sa nouvelle campagne de communication, l’association 40 millions d’automobilistes a bouleversé les médias, le vendredi 25 septembre. Ceux-ci y ont vu un appel à abaisser à zéro le taux d’alcoolémie au volant. Mais il n’en est rien.

Le vendredi 25 septembre, les médias français ont martelé l’info : l’association 40 millions d’automobilistes militerait pour abaisser à zéro le taux d’alcoolémie autorisé au volant. Une « idée choc » pour beaucoup. Problème, si l’association a bien organisé une conférence de presse sur la question de la prévention, elle n’a jamais délivré un tel message.

« Nous avons communiqué sur notre nouvelle campagne de communication intitulée : Je suis un héros, je roule à zéro », indique Pierre Chasseray, délégué général de l’association. Il semble que les médias n’aient pas compris le message visant à promouvoir un comportement d’automobiliste responsable. « Je n’ai jamais plaidé pour un taux d’alcoolémie de zéro. J’ai cherché dans tout le dossier de presse, il n’est dit nulle part que l’association est favorable au taux zéro. Par ailleurs, je me suis souvent exprimé dans les médias pour dire que le taux zéro ne voulait rien dire : le corps humain sécrète naturellement de l’alcool. »

UNE APPROCHE NUANCÉE ET ÉDUCATIVE

Le message de 40 millions d’automobilistes n’est donc pas en faveur d’un changement de la législation mais pour une approche nuancée et éducative. « S’il y a autant d’accidents liés à l’alcool en France, ce n’est pas une question de taux mais une question d’adhésion au message. Je n’ai jamais dit qu’il fallait interdire à une personne de boire un verre pendant une soirée. Mais, nous pensons qu’il faut diffuser ce message : le mieux, c’est de ne pas boire », explique Pierre Chasseray.

Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes.Pour les observateurs, qui ont cru voir dans cette communication une tentative de détourner l’attention sur l’alcool plutôt que sur la vitesse à quelques jours du prochain Comité national de sécurité routière (prévu le 2 octobre), Pierre Chasseray se défend de toute manipulation. « Je suis très à l’aise avec la question de la vitesse, assure-t-il. Les pays qui ont tenté de modifier la réglementation en la matière n’ont pas vu une évolution de la mortalité routière. » Là aussi, tout est question de comportement. « Ce n’est pas parce qu’il y aura une limitation que les comportements déviants seront stoppés ! » Exactement comme pour la consommation d’alcool, en somme.

Marion Ivaldi
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin