Actualités viticoles

Polémique La marque « Origine France garantie » s’attire les foudres des interprofessions d’AOC

Publié le vendredi 27 mai 2011 - 16h11

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La cacophonie règne du fait de la multiplication des initiatives censées mettre en avant l'origine France. Dernière action en date, celle du parlementaire Yves Jégo et de l'association Pro France qui viennent de lancer la marque « Origine France garantie », déposée à l'Inpi (Institut national de la propriété intellectuelle).

Jérôme Agostini, directeur du Comité national des interprofessions de vins d'appellations. © J.-C. GRELIER

Jérôme Agostini, directeur du Comité national des interprofessions de vins d'appellations. © J.-C. GRELIER

Pour le Cniv, Comité national des interprofessions de vins d'appellations, c'en est trop. « De l'incohérence, on vient de passer à la concurrence déloyale », tonne le directeur Jérôme Agostini. L'organisation va écrire au ministre de l'Agriculture pour exprimer son mécontentement. Elle envisage aussi de lancer une action juridique.

Yves Jego et l'association Pro France, présidée par Antoine Weil, ont présenté leur initiative le 19 mai. Leur label « Origine France Garantie » est censé moderniser le « made in France ». Il sera attribué « par un organisme certificateur qui contrôle le respect de deux critères cumulatifs : au moins 50 % de la valeur du produit a été acquis sur le territoire national et le lieu où le produit a pris ses caractéristiques essentielles est situé en France ».

Dans le dossier de présentation du projet, on peut lire les témoignages des Brasseries Kronenbourg et de l'entreprise Coca-cola, fières de rejoindre le club de la marque France !

Pour le Cniv, c'est inacceptable : « D'accord pour moderniser le made in France. Mais il n'est pas question d'empiéter sur notre terrain, explique Jérôme Agostini. Les notions d'origine et de garantie ont fait la notoriété des vins d'appellations. On ne peut pas les mettre en avant pour promouvoir n'importe quels produits industriels...»

Le Cniv va écrire à l'Inpi pour exposer ses arguments. Il va aussi écrire au ministre de l'Agriculture pour demander aux pouvoirs publics de coordonner leurs initiatives.

Jugez plutôt : en novembre 2008, la Sopexa lançait le logo « France Bon Appétit », dans le cadre de sa délégation de service public pour le ministère de l'Agriculture. Ce logo représente la tour Eiffel accompagnée d'une signature « Bon appétit ».

Puis en février, Pierre Lellouche secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, a lancé la campagne et le logo « So French, so good ». Et maintenant, la nouvelle marque "Origine France Garantie".

Trop, c'est trop. Pour obtenir gain de cause, le Cniv se dit prêt à aller en justice.

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux
L’affaire des « mauvais payeurs de CVO » encore reportée

Publié le 16 juin 2011

Comité national de l’Inao
La fin des VDQS

Publié le 23 mai 2011

La protection des AOC
Le nouveau combat de la Cnaoc

Publié le 19 mai 2011

Comité national de l’Inao
Encore de nouvelles appellations

Publié le 14 février 2011

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin