Actualités viticoles

Pépinière viticole Une charte de qualité des plants

Publié le jeudi 29 août 2013 - 15h09

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les pépiniéristes ont voté à l’unanimité une charte « Qualité France bois et plants de vigne » lors de leur dernier congrès qui s’est tenu en Vendée du 26 au 28 août. L’objectif : renforcer les liens avec les viticulteurs.

Gilbert Jenny (à gauche), le président sortant de la FFPV, et Miguel Mercier, des pépinières du même nom. © C. STEF

Gilbert Jenny (à gauche), le président sortant de la FFPV, et Miguel Mercier, des pépinières du même nom. © C. STEF

Lors du dernier congrès de la FFPV (Fédération française de la pépinière viticole) qui s’est tenu aux portes du Puy du Fou, en Vendée, du 26 au 28 août, les pépiniéristes ont adopté à l’unanimité une charte « Qualité France bois et plants de vigne ».

Cette charte sera adossée à la marque Entav-Inra, c’est-à-dire que tout adhérent à la marque devra la respecter. Elle comprend trois points essentiels :

  • D’abord, elle met l’accent sur la formation. Elle demande ainsi que dans chaque entreprise, au moins une personne (le chef d’exploitation ou un salarié) ait des connaissances en ampélographie et sache reconnaître les pathogènes.
  • Ensuite, elle impose un autocontrôle du parc de vignes mères de greffons et de porte-greffes. Chaque année, en août ou en septembre, les pépiniéristes devront prospecter chaque parcelle de vignes mères pied par pied et s’engagent à arracher tous les pieds jugés non conformes, notamment ceux qui présentent des symptômes de maladie du bois.
  • Enfin, face à la concurrence accrue, les pépiniéristes français souhaitent renforcer la lisibilité de la marque Entav-Inra auprès des viticulteurs. La charte précise donc que les adhérents à cette marque s’engagent à ne pas la revendiquer pour les plants produits hors de France.

« Il ne faut pas voir cette charte comme une contrainte supplémentaire mais comme une chance de nous démarquer », a expliqué Gilbert Jenny, le président sortant de la FFPV.

« Cette charte est un engagement. On a essayé de trouver un consensus qui répond aux attentes des viticulteurs », a complété Miguel Mercier, des pépinières du même nom, qui a animé avec l’IFV le groupe de travail sur le sujet.

La charte sera évolutive et pourra être amendée en fonction de l’évolution de la pression des maladies et des avancées techniques.

Lors du congrès, les pépiniéristes ont également élu leur nouveau président : David Amblevert, des pépinières du même nom, situées à Sainte-Florence (Gironde), et qui est également président du syndicat des pépiniéristes viticoles de la Gironde et du Sud-Ouest.

Christelle Stef

Ces articles peuvent également vous intéresser

Aquitaine
Naissance d’une charte solidaire pour les vins bios

Publié le 23 septembre 2013

Côtes de Gascogne
60 signatures pour la charte des producteurs d’IGP

Publié le 14 juin 2013

IGP
Une promesse de qualité pour les consommateurs

Publié le 29 mai 2013

Beaujolais
Des vols de greffes recensés

Publié le 24 mai 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin