Actualités viticoles

OCM Les aides à l’investissement redémarrent

Publié le vendredi 22 février 2013 - 14h55

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

FranceAgriMer vient d’ouvrir le dépôt des dossiers de demandes d’aide à l’investissement à adresser jusqu’au 31 mai 2013. Si les demandes excèdent l’enveloppe, les premiers arrivés seront les premiers servis.

Cette fois, ça y est! FranceAgriMer vient d’ouvrir, ce 22 janvier, le dépôt des dossiers de demande d’aide à l’investissement. Toutes les informations utiles à leur constitution sont sur le site de l’établissement public.

Les demandes d’aides doivent être adressées avant le 31 mai 2013. Le montant alloué pour cette période de trois mois est de 200 millions d’euros. Une nouvelle période sera ouverte l’an prochain.

NOUVELLES DISPOSITIONS

Rappelons que, par rapport au précédent programme d’aide, celui-ci ne s’arrête pas aux investissements pour la réception de vendange et la vinification. Cette fois, viticulteurs, coopératives et négociants peuvent obtenir une subvention pour leurs investissements dans le conditionnement et le stockage des vins, ainsi que pour créer un caveau de vente par construction d’un bâtiment neuf ou aménagement d’un local existant.

Ce caveau doit se situer à moins de 70 km de l’exploitation. Selon le document mis en ligne par FranceAgriMer, il « est destiné pour plus de 80 % de son chiffre d’affaires à la vente de vin produit par le bénéficiaire de l’aide ou ses sociétés ». Mais l’établissement précise qu’il n’a pas encore eu l’accord formel de la Commission européenne sur ce taux de 80 %. Cette valeur pourrait donc être revue à la hausse, car la Commission a longtemps exigé que les caveaux aidés soient strictement destinés à la vente de vin, avant d’y renoncer sans pour autant préciser de nouvelle limite.

CAUTION D’AVANCE

Pour tous les projets, le taux normal de l’aide est fixé à 35 % des investissements éligibles. Ce taux passe à 40 % pour les « nouveaux installés », les opérateurs (viticulteurs, coopératives ou négociants) ayant mené une « opération de restructuration » capitalistique, les unions de coopératives nouvellement créées, les GIE ou les Cumas de vignerons ou encore pour l’achat de matériels innovants (échangeurs de cations pour assurer la stabilisation tartrique, appareils de désalcoolisation partielle, électrodialyseur,etc.).

Les demandeurs doivent fournir une caution d’avance égale à 110 % du montant de l’avance que FranceAgriMer versera sur les travaux et une garantie de bonne fin s’élevant au minimum à 28 % du montant de l’aide demandée.

Les dossiers devront être complets au plus tard le 31 mai. Si les demandes d’aides s’élèvent à plus de 200 millions d’euros, les premiers arrivés seront les premiers servis.

Bertrand Collard

Ces articles peuvent également vous intéresser

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin