Actualités viticoles

Œnotourisme  Des pierres dans les vignes

Publié le mardi 03 février 2015 - 14h18

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

Installés en Lorraine, Francis et Camille Detré, tailleurs de pierre, importent la tradition des bornes vigneronnes dans le vignoble du Toulois. Ces pierres posées en bordure de chemin pour baliser un domaine peuvent avoir un attrait œnotouristique.

Marc Laroppe, viticulteur à Bruley (Meurthe-et-Moselle), a commandé une borne aux tailleurs de pierre Francis Detré et sa fille Camille pour son domaine de la Linotte.

Marc Laroppe, viticulteur à Bruley (Meurthe-et-Moselle), a commandé une borne aux tailleurs de pierre Francis Detré et sa fille Camille pour son domaine de la Linotte.

« J’ai toujours voulu avoir ma propre borne vigneronne. » Marc Laroppe, viticulteur dans le Toulois, à Bruley (Meurthe-et-Moselle), a donc réalisé un vieux rêve lorsque Francis Detré et sa fille Camille sont venus poser, en novembre dernier, la pierre taillée par leurs soins aux pieds de ses vignes en lyre. « J’ai longtemps travaillé en Champagne, dans des grandes maisons. Chacune avait sa propre borne pour identifier ses parcelles. Cela me plaisait beaucoup. »

En 1993, il s’installe comme viticulteur sur 2,20 ha en Lorraine, sans perdre de vue son projet. Et c’est en rencontrant Francis Detré, dont la fille a suivi une formation de tailleuse de pierre, qu’il le relance. La jeune tailleuse de pierre et son père, associés dans leur atelier appelé « De pierre en fille », ont œuvré ensemble à l’élaboration de la borne de Marc Laroppe.

UNE INVITATION POUR LE PROMENEUR

Le résultat permet au premier coup d’œil d’identifier le domaine de la Linotte : un grand « V », qui caractérise le pied des vignes cultivées en lyre sur la parcelle, entouré de feuilles. « On peut tout imaginer en termes de formes et de gravures, assure Francis Detré. Nous travaillons essentiellement la pierre calcaire et nous avons un panel de calligraphie très large. Le but est que chaque borne soit unique. »

Ces bornes pourraient représenter un atout pour l’œnotourisme. « Placées dans le vignoble en bordure des chemins, elles interpellent les promeneurs et les invitent à se rendre au domaine. »

En effet, Marc Laroppe a pu constater que sa borne avait attiré quelques curieux dans son caveau où il vend une partie de ses 18.000 cols en direct. « Mais ce n’est pas pour cette raison que je l’ai installée. J’aime son côté traditionnel et noble, qui rappelle la noblesse du métier de vigneron. »

La tradition, certes, mais pas au détriment de la modernité. Camille Detré propose ainsi d’apposer un QR code sur la pierre. « Nous le réalisons sur une plaque plastifiée ou métallique que nous fixons ensuite sur la pierre », indique Francis Detré. Ce code permet aux promeneurs curieux, et connectés, d’obtenir des informations sur le domaine et, pourquoi pas, d’en pousser les portes.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet de l’atelier « De pierre en fille ».

Prix d’une borne : à partir de 700 euros.

Emilie-Anne Jodier
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Œnotourisme
La Champagne accueille le pôle d’excellence

Publié le 26 janvier 2015

Entretien
Laurent Fabius élu « l’homme de l’année » par la RVF

Publié le 09 janvier 2015

Vallée du Rhône
Les Costières de Nîmes lancent leur Crocoteam

Publié le 10 juillet 2014

Œnotourisme
Un duo pédagogique pour la découverte du Buzet

Publié le 25 juillet 2011

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin