Actualités viticoles

Œnologie Vers un ordre des œnologues ?

Publié le vendredi 25 mai 2012 - 16h12

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’Union des œnologues de France se réunissent à Aix-en-Provence (Bouche-du Rhône) du 24 au 26 mai pour leur congrès annuel. Cyril Payon, leur président, en profite pour rappeler le souhait de la profession d’être réglementée par l’Etat. L’Union compte engager des discussions avec les pouvoirs publics, après les élections législatives.

Cyril Payot, le président de l'Union des œnologues de France.Ce vendredi 25 mai, lors de son congrès national annuel, l’Union des œnologues de France (l'UOEF) a annoncé avoir validé son nouveau règlement et son nouveau code de déontologie.

« Nous avons ajouté des critères par rapport à l’ancienne version, précise Cyril Payon, président de l’Union. Notamment, le fait que l’œnologue doit prendre en compte dans son travail l’environnement, la sécurité alimentaire et sanitaire du consommateur ou n’user des technologies autorisées par l’OIV qu’avec réflexion… »

Le syndicat des œnologues veut aller encore plus loin. Il souhaite que sa profession soit réglementée par l’État, avec la parution d’un décret au Conseil d’État.

Pour faire avancer le projet, l’UOEF a déjà entamé un lobbying durant la campagne présidentielle. Elle attend désormais le lendemain des élections législatives pour connaître les prochains membres du groupe vin, composé de députés et de sénateurs. Elle souhaite lui présenter ses propositions le plus rapidement possible.

« Nous voulons leur montrer que ce projet de réglementation par l’État va dans l’intérêt du consommateur, qu’il est important pour sa sécurité et sa santé, ainsi que pour la qualité des produits. Ce serait aussi un moyen de donner une image claire de ce qu’est le métier d’œnologue », argumente Cyril Payon, qui a bon espoir que les négociations aboutissent courant 2013.

Avec la parution d’un tel décret, il pourrait exister un ordre des œnologues comme il existe un ordre des médecins. En cas de faute grave, un œnologue pourrait alors perdre son titre.

M. B.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Réglementation du vin au verre
« L’administration doit nous laisser le temps de nous retourner »

Publié le 11 février 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin