Actualités viticoles

Œnologie Etre bon dégustateur, une histoire de gènes ?

Publié le lundi 07 mai 2012 - 16h10

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Selon deux chercheurs américains, l’aptitude des professionnels du vin à déguster serait inscrite dans leurs gènes. Leurs travaux ont montré que, chez les experts, un gène de sensibilité à l’amertume a tendance à s’exprimer plus fortement que les consommateurs. Ils en concluent que professionnels et consommateurs ne jugent pas les vins de la même façon.

Une nouvelle étude rapportée par le « Wine Spectator » souligne que les professionnels du vin et les consommateurs n’ont pas les mêmes goûts. Gary Pickering et John Hayes, les auteurs, vont même plus loin : ils avancent que cette différence de sensibilité est génétique.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont choisi 330 participants : experts du vin et consommateurs. Pour tester leur sensibilité à l’amertume, ils leur ont fait goûter un disque de papier contenant quelques gouttes de PROP (propylthiouracile). Les chercheurs expliquent que la réaction à ce composé dépend de l’expression d’un gène impliqué dans la perception du goût. Certains participants n’ont pas trouvé d’amertume sur le disque, d’autres l’ont trouvé moyennement amer, d’autres très amer.

« Les experts ont ressenti une plus grande amertume que les non-experts », écrivent les chercheurs. Ajoutant que, parmi ceux qui sont moyennement à très sensibles à l’amertume, les professionnels sont surreprésentés. Ils en déduisent que les professionnels sont plus nombreux à avoir le gène de sensibilité à l’amertume.

Pour Gary Pickering, cette différence de perception du PROP suggère que les professionnels et les consommateurs n’évaluent pas le vin de la même façon. Il remet alors en cause la capacité des dégustateurs professionnels à conseiller des vins qui plaisent aux consommateurs.

Plusieurs scientifiques ont toutefois jugé ces conclusions hâtives. Hildegarde Heymann, professeur à l’université de Davis (Californie), a rappelé qu’il y avait aussi beaucoup d’experts peu ou pas sensibles au PROP. Et que ce composé traduisait la sensibilité à l’amertume, mais pas forcément aux autres goûts, ni même aux arômes, perçus au nez.

« Ce test signifie seulement que certains experts sont très sensibles au PROP, c’est tout, a confié au « Wine Spectator » François Chartier, sommelier. Suis-je né avec un gène de super-dégustateur ? Je n’y crois pas. »

Vous pouvez consulter l’étude (en anglais) sur ce site : « Wine expertise predicts taste phenotype »

M. B.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux 
Des dégustations pour sourds et non-voyants

Publié le 29 mai 2012

Communication
Bacardi-Martini lance le slow drinking

Publié le 07 mai 2012

Œnotourisme
Le pique-nique des Vif prend de l’ampleur

Publié le 03 mai 2012

Étude
Les femmes font les courses, les hommes choisissent le vin

Publié le 20 avril 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin