Actualités viticoles

Négoce Castel s'impose dans le Val de Loire

Publié le vendredi 20 janvier 2012 - 14h14

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

En 2011, le négociant a vendu plus d’un million de cols de sa nouvelle marque de muscadet Roches-Linières dont l’approvisionnement provient uniquement de viticulteurs sous contrat. Un nouveau succès après celui remporté par son cabernet d’Anjou Plessis-Duval. Castel plaide pour le développement des marques approvisionnées par des viticulteurs partenaires.

Le Centre Castel Loire de La Chapelle-Heulin, en Loire-Atlantique. © B. COLLARD

Le Centre Castel Loire de La Chapelle-Heulin, en Loire-Atlantique. © B. COLLARD

Un bâtiment de style bordelais discrètement érigé au cœur du Muscadet et d’immenses hangars de part et d’autre : c’est le Centre Castel Loire, à La Chapelle-Heulin (Loire-Atlantique). Le 19 janvier, Castel y a invité la presse spécialisée. « Ce site est le plus grand centre d’embouteillage d’Europe et le plus important du groupe. Nous y réalisons 20 à 25 % de notre activité », a expliqué Frank Crouzet, le directeur de la communication du groupe.

L’an dernier, le négociant y a conditionné 90 millions de bouteilles et 21 millions de bibs, soit l’équivalent de 188 millions de cols.

Après la présentation de la société et de son outil industriel, la discussion a porté sur son activité et sa stratégie dans le Val de Loire. En 2010, Castel a lancé le muscadet Roches-Linières qui s’est écoulé à plus d’un million de cols l’an dernier, devenant de loin la première marque de cette AOC.

« Le vin provient uniquement de moûts vinifiés sur place, livrés par des viticulteurs sous contrat pour trois ans », a expliqué Rodolphe Lefort, directeur du site. Producteur et négociant s’engagent sur une surface et non sur un volume. La moitié de la livraison est payée selon un prix fixé à l’avance, l’autre moitié est variable, selon les cours.

Avant Roches-Linières, Castel avait créé Plessis-Duval dès 2007. Un autre succès. Sous cette marque, le négociant a vendu plus de 3 millions de cols de cabernet d’Anjou l’an dernier. C’est la première marque du Val de Loire devant Roches-Linières. Si bien que Castel pèse de plus en plus lourd dans la région.

Rodolphe Lefort, directeur du site de Castel à La Chapelle-Heulin. © B. COLLARD« Nous commercialisons 25 % des vins du vignoble nantais, soit 120 000 hl, et 10 % de la production du Val de Loire, a affirmé Rodolphe Lefort. À l’échelle de la région, nous avons des contrats pluriannuels avec 350 viticulteurs sur 1 100 ha. Dans le Muscadet, c’est avec 100 viticulteurs sur 600 ha, soit un peu moins de 7 % du vignoble. »

Rodolphe Lefort a ajouté : « Notre objectif est de pérenniser des volumes en nous positionnant sur des marques. Celles-ci permettent de stabiliser les vignobles, de les tirer vers le haut. »

Le responsable explique le succès de ses marques par leur excellent rapport qualité-prix. Ainsi, le muscadet Roches-Linières 2010, vendu autour de 3 euros en grande surface, est médaille d’argent au Concours général agricole et Saveur de l’année 2011, des distinctions que les bouteilles portent. Le lancement s’est accompagné d’une offre « Satisfait ou 100 % remboursés ». L’habillage est traditionnel et élégant. Tout cela rassure les consommateurs et les incite à passer à l’achat.

Pour soutenir son développement, Castel n’envisage pas d’acheter du vignoble. « Chacun doit revenir sur son métier d’origine, a expliqué Rodolphe Lefort. Un vignoble, c’est lourd à développer. On le voit bien avec nos propriétés. C’est plus simple, plus efficace et plus logique de contractualiser avec des viticulteurs. Cela nous offre plus de réactivité. »

Face au déclin du muscadet, le négociant se dit prêt « à accompagner ceux qui veulent planter du chardonnay ou du sauvignon en proposant des contrats pour faire des vins de France ». Il est également favorable à l’introduction de colombard dans l’appellation muscadet, comme le souhaite une partie de la production. « C’est le cépage qui équilibre le mieux le muscadet. Il permet d’avoir plus d’arômes. »

En 2011, la branche vin de Castel, numéro trois mondial du vin, a vendu l’équivalent de 640 millions de bouteilles pour un chiffre d’affaires de 1,4 milliard d’euros. Le site de La Chapelle-Heulin a réalisé un chiffre d’affaires de 193 millions d’euros, en hausse de 11 % par rapport à 2010.

B. C.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Marché du vrac
L'AOC Saint-Nicolas-de-Bourgueil en hausse

Publié le 16 février 2012

Enquête InterLoire-Ipsos
Les bars à vins sont confiants dans l’avenir

Publié le 08 février 2012

Enquête
Le négoce a résisté à la crise jusqu’en 2006

Publié le 26 janvier 2012

Droits de plantation 
Bruno Le Maire a bon espoir d’obtenir leur maintien

Publié le 20 janvier 2012

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin