Actualités viticoles

Municipales  Marc Bonnin, président de cave et candidat à Montreuil-Bellay

Publié le vendredi 28 février 2014 - 15h33

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Malgré un agenda chargé, Marc Bonnin, viticulteur et président de la coopérative de Saumur, dans le Maine-et-Loire, se lance dans la bataille des municipales à Montreuil-Bellay. Il compte créer un marché fermier pour développer les circuits courts.

Marc Bonnin, viticulteur, président de la cave coop de Saumur, dans le Maine-et-Loire, et candidat à la maire de Montreuil-Bellay. © P. TOUCHAIS

Marc Bonnin, viticulteur, président de la cave coop de Saumur, dans le Maine-et-Loire, et candidat à la maire de Montreuil-Bellay. © P. TOUCHAIS

2014 sera la deuxième tentative de Marc Bonnin pour s’asseoir dans le fauteuil de maire de Montreuil-Bellay. En 2008, ce vigneron, qui exploite 15 ha en bio, avait été battu par le maire sortant Paul Loupias. En 2010, alors qu’il était âgé de 72 ans, ce dernier a cédé son fauteuil à Jocelyne Martin, une autre figure viticole locale. Elle dirige en effet le CFPPA du lycée viticole Edgard Pisani, implanté dans la commune.

Pour l’heure, seules leurs deux listes sont en lice.

À 49 ans, Marc Bonnin a déjà un agenda chargé. Président de la cave coopérative de Saumur, à laquelle il livre l’intégralité de sa vendange, il préside également Alliance Loire, la société chargée de commercialiser les vins de la coop et des huit autres coopératives du Val de Loire.

« DÉVELOPPER LES CIRCUITS COURTS »

Dans la commune de Montreuil-Bellay qui compte quelque 4 000 habitants et une quinzaine d’exploitations viticoles pour 450 ha de vignes, la viticulture est un enjeu important. Une vigneronne et un futur installé figurent également sur sa liste.

« Nous devons soutenir la viticulture et l’agriculture au sens large. Il faut continuer à développer des circuits courts », insiste Marc Bonnin en évoquant l’idée d’un marché fermier. Il voudrait également travailler sur le tourisme et l’œnotourisme. Sans oublier les dossiers plus classiques dévolus à une municipalité : la rénovation d’une école et d’un gymnase ainsi que la création d’un pôle santé et d’un foyer-logement.

« L’important, c’est d’abord d’être sûr de son engagement. J’ai bien mûri ma décision. Ensuite, il faut avoir une équipe solide, avec de vraies délégations. Même si le maire doit suivre tous les dossiers », souligne le candidat-vigneron.

Patrick Touchais

Ces articles peuvent également vous intéresser

Municipales
Maire et vigneron, une rareté en Beaujolais

Publié le 28 février 2014

Beaujolais 
Il court, il court le vigneron

Publié le 28 octobre 2013

Sancerre
1 340 coureurs à l’assaut des coteaux

Publié le 07 juin 2013

Mâconnais 
Condamné pour avoir bénéficié d’entraide

Publié le 13 novembre 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin