Actualités viticoles

Mise en bouteille à la propriété Les clarifications de l’Inao

Publié le mardi 04 octobre 2011 - 14h07

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

À l’issue de son dernier comité national des vins AOC, l’Inao a fait le point sur la question embrouillée de la mise en bouteille obligatoire à la propriété.

Mise en bouteille à la propriété : les clarification de l’Inao. © P. ROY

Mise en bouteille à la propriété : les clarification de l’Inao. © P. ROY

Plusieurs appellations ont demandé cette mesure à l’occasion de la rédaction des cahiers des charges. Les choses semblaient bien engagées pour elles jusqu’en mai dernier, moment où la Répression des fraudes a dit stop, alertée par le négoce qui y voyait une tentative de la production d’assécher le marché du vrac.

L’Inao a pris acte de cette position de l’administration. Plusieurs appellations (Baux-de-Provence, Palette, Faugères blanc, Coteau-du-Layon, Quarts-de-Chaume, Savennières-coulée-de-Serrant, Savennières-la-Roche-aux-oines et Coteaux-d’Ancenis) ont dû renoncer à l’embouteillage à la propriété pour que le comité national, réuni les 28 et 29 septembre, approuve leur cahier des charges.

Les Côtes-de-Bordeaux ont également jeté l’éponge devant la levée de bouclier du négoce. Pour autant, le sujet n’est pas enterré.

Production, négoce et administration sont tombés d’accord sur une procédure à suivre. « Les appellations qui souhaitent imposer l’embouteillage à la propriété devront le justifier sur la base d’arguments techniques ou relatifs au contrôle », explique l’Inao.

En clair, elles pourront faire appel à deux grands types d’arguments : l’embouteillage est nécessaire pour préserver les qualités intrinsèques de leurs vins (cas des vins sur lies) ou pour permettre leur contrôle (cas des petites productions).

Selon cet accord, Montravel, Saint-Émilion grand cru, Corbières-Boutenac et Pessac-Léognan devront se remettre à l’ouvrage.

Ces appellations bénéficient de l’embouteillage à la propriété parce que leur cahier des charges a été examiné avant le réveil des Fraudes. Elles devront fournir leurs arguments si elles veulent maintenir cette disposition.

En revanche, les choses sont bel et bien réglées pour les vins doux naturels, les vins de liqueur et les vins sur lies. En effet, il est acquis que la préservation de leurs qualités passe par la mise à la propriété ou dans l’aire géographique.

Les producteurs de vins doux naturels ont fait valoir qu’elle permet de les préserver de l’oxydation. Les producteurs de vins sur lies ont expliqué que ces vins devaient être tirés sur lies pour conserver leur fraîcheur. Et les producteurs de vins de liqueur ont rappelé que les moûts et les eaux-de-vie doivent provenir de la même exploitation.

Lire aussi : Inao : tour d'horizon des décisions de la rentrée

 

B. C.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Pratique
L’Inao publie un guide des intrants autorisés en bio

Publié le 13 octobre 2011

Inao
Tour d’horizon des décisions de la rentrée

Publié le 04 octobre 2011

Plantation en AOC
Les dossiers doivent être déposé à l’Inao avant le 16 août

Publié le 08 juillet 2011

Comité national de l’Inao
La fin des VDQS

Publié le 23 mai 2011

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin