Actualités viticoles

Médecine Consensus sur les bienfaits du vin

Publié le vendredi 07 décembre 2012 - 11h56

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Un cabinet mandaté par Vin & société affirme que les études médicales publiées ces douze derniers mois confirment les effets bénéfiques de la consommation modérée de vin sur la longévité.

Consommer modérément du vin aurait des effets bénéfiques sur plusieurs aspects de la santé à en croire les 99 études médicales étudiées par le cabinet Alcimed pour le compte de l’association Vin & société. © P. ROY

Consommer modérément du vin aurait des effets bénéfiques sur plusieurs aspects de la santé à en croire les 99 études médicales étudiées par le cabinet Alcimed pour le compte de l’association Vin & société. © P. ROY

Il y a un consensus scientifique pour affirmer que la consommation modérée de vin améliore la longévité et a des effets bénéfiques « dans la prévention des maladies cardio-vasculaires, du cancer colorectal et du cancer de l’œsophage », indique le cabinet Alcimed après avoir épluché 99 études parues sur le sujet depuis septembre 2011 pour le compte de l’association Vin & société.

Ce travail a aussi permis au cabinet de repérer des « pistes sérieuses » sur les bienfaits du vin. Parmi ces pistes, les études montrent « un bénéfice de la consommation modérée de vin dans la prévention du diabète de type 2 et des maladies neuro-dégénératives ainsi que dans l’amélioration des fonctions cognitives ».

Autre piste sérieuse : « L’intérêt d’une consommation modérée de vin dans la prévention des cancers du poumon, de la thyroïde ou du rein. »

Alcimed a aussi relevé quelques pistes émergentes montrant notamment que « la survie après le diagnostic d’un cancer est meilleure chez les consommateurs modérés de vin ».

Le cabinet Alcimed a présenté ces résultats lors de l’assemblée générale de Vin & société qui s’est tenue à Paris le 6 janvier.

Pour Alcimed, le consensus est atteint lorsqu’au moins huit études montrent toutes le même effet et qu’au moins quatre d’entre elles portent sur des populations de plus de 100 000 personnes. Il parle de « piste sérieuse » quand « au moins quatre études vont dans le même sens, dont deux portant sur plus de 10 000 sujets ». Enfin, « la piste émergente » se définit simplement par « deux à quatre études qui montrent une tendance ».

Au total durant les douze derniers mois, Alcimed a repéré 869 études portant sur le vin, l’alcool et la santé. Après avoir exclu celles portant sur des essais in vitro ou n’étudiant les effets du vin que dans un régime global, il en a conservé 99 pour les étudier.

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Audrey Bourolleau
« Le vin, un produit de notre culture »

Publié le 09 novembre 2012

Bourgogne 
Les viticulteurs manifestent contre l’escatombe

Publié le 29 octobre 2012

Prévention
Vin et société va distribuer 400 000 éthylotests

Publié le 15 juin 2012

David Khayat
« Bu avec modération, le vin n’est pas cancérigène »

Publié le 13 janvier 2012

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin