Actualités viticoles

Marketing La linguistique influence le prix du vin

Publié le mercredi 07 mars 2012 - 15h10

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Une récente étude canadienne montre que les amateurs de vin sont davantage attirés par les étiquettes aux noms difficilement prononçables. L’étude suggère que des noms peu familiers voire compliqués sont associés à des vins plus rares, donc plus précieux…

Antonia Mantonakis, professeure à la Brock University (Canada). © B. TYMCZYSZYN/AGENCE QMI

Antonia Mantonakis, professeure à la Brock University (Canada). © B. TYMCZYSZYN/AGENCE QMI

La règle marketing souffrirait-elle une exception dans le secteur du vin ? Alors que les experts s’accordent pour conseiller des noms de marques courts, bien mémorisables et facilement prononçables, l’étude menée par Antonia Mantonakis, professeur à la Brock University (Ontario), révèle qu’à l’inverse un nom de vin difficile à prononcer serait le signe d’un produit peu commun et donc plus précieux.

En clair, l’étude montre que les consommateurs sont prêts à payer plus cher pour un vin dont le nom est difficile à prononcer. En moyenne, ils vont jusqu’à payer deux dollars en plus. Les connaisseurs sont un peu moins influençables que les néophytes.

L’étude a été menée auprès de trois groupes constitués de 41 à 48 participants canadiens. Tous ont goûté le même chardonnay.

Au premier groupe, les chercheurs ont dit que le vin provenait de la winery Titakis (nom facile à prononcer). Au deuxième groupe, ils ont dit qu’il venait de la winery Tselepou (nom difficile à prononcer). Au troisième groupe, aucun nom de vin n’a été donné.

Les participants ont estimé que le Tselepou valait 16 dollars la bouteille. Celui dénommé Titakis a été évalué à environ 14 dollars. Pour le vin sans nom, les connaisseurs étaient prêts en moyenne à mettre 13 dollars par col, tandis que les néophytes tablaient sur 12 dollars seulement.

Comme le rappelle l’auteur de cette étude, la même théorie vaut pour les fromages haut de gamme. Des recherches sur le comportement du consommateur ont montré que des fromages avec des noms compliqués étaient considérés comme plus raffinés.

De quoi donner envie de déguster un gewurztraminer avec un trappe d’Échourgnac… Non ?

Pour accéder à la présentation de l’étude, suivre le lien.

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux
« Les 1 000 € le tonneau devraient être atteints »

Publié le 08 mars 2012

Marketing
La cuvée « Triple ah ! » se rit de la finance

Publié le 06 février 2012

Marketing
Grain de Glace, le rosé qui n’a pas froid aux yeux

Publié le 31 janvier 2012

Marketing 
MasterChef s’emballe pour des coffrets mets et vins

Publié le 15 novembre 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin