Actualités viticoles

Marcs et lies  La profession ne soutient pas le ministre

Publié le jeudi 19 décembre 2013 - 16h32

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le conseil spécialisé de FranceAgriMer n’a pas adopté le projet de décret du ministère de l’Agriculture qui met fin à l’obligation de livrer les sous-produits de la vinification en distillerie. L’avis des professionnels est très mitigé. Le ministre de l’Agriculture va devoir décider sans leur soutien.

Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agricultre, n’est pas soutenu par la profession pour son décret concernant la valorisation des marcs et des lies. © P. MONTIGNY/FILIMAGES

Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agricultre, n’est pas soutenu par la profession pour son décret concernant la valorisation des marcs et des lies. © P. MONTIGNY/FILIMAGES

« Après des mois de discussion, le vote des professionnels de la viticulture illustre bien la difficulté à dégager un consensus sur le problème de la valorisation des sous-produits de la vinification », a résumé Éric Rosaz, délégué de FranceAgriMer.

Et d’annoncer que le projet de décret qui met fin à l’obligation de livraison des marcs et lies aux distilleries a recueilli douze voix pour, douze voix contre et onze abstentions. Ce texte a été examiné mercredi 18 décembre par le conseil spécialisé des vins de FranceAgriMer. Il officialise l’ouverture voulue par le ministère de l’Agriculture à d’autres moyens de valorisation, comme la méthanisation, que le gouvernement veut encourager, le compostage et l’épandage.

FAIRE LES CALCULS

Parmi les points qui ont fait l’objet de discussions, selon FranceAgriMer, on compte notamment le rappel d’une obligation existante, qui passait jusqu’à présent inaperçue, à savoir l’analyse du degré d’alcool des marcs et lies et leur pesée. En effet, lorsqu’un viticulteur livre ses sous-produits à la distillerie, c’est elle qui se charge pour lui de calculer le degré d’alcool et le poids des sous-produits livrés. Il suffit ensuite au vigneron de reporter les informations délivrées par la distillerie dans ses déclarations administratives.

Le projet de décret du ministère rappelle aux viticulteurs voulant valoriser eux-mêmes leurs sous-produits, par exemple via un plan d’épandage, qu’ils vont devoir faire les calculs eux-mêmes. Cela suppose la pesée et l’analyse du degré d’alcool de leurs marcs et lies. « S’ils ne le font pas, ils risquent d’avoir un défaut d’apurement. Cela pourrait se traduire en cas de contrôle par l’obligation de livrer des vins, en complément », explique Eric Rosa.

Il a également annoncé que la liste des laboratoires agréés pour ces analyses devrait être renvoyée à un arrêté d’application.

À défaut d’avoir pu dégager un avis favorable sur le sujet, le ministre de l’Agriculture va devoir décider, sachant qu’il est peu soutenu par la filière.

Aurélia Autexier

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gard 
Prémices d’une filière de granulés de sarments de vigne

Publié le 16 janvier 2014

Prestations viniques 
Le cri d’alarme des distilleries

Publié le 11 octobre 2013

Alsace
Des marcs valorisés au moins 8 euros la tonne

Publié le 19 septembre 2013

Développement durable
Scania promeut le carburant de marc de raisin

Publié le 05 avril 2013

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin